Sciences de l’Homme et de la société

  • Donner du sens à la science

    Energie nucléaire, organismes génétiquement modifiés, changement climatique, nanotechnologies, expérimentation animale pour la recherche biomédicale... voilà quelques uns des domaines de la recherche scientifique qui ne sont dorénavant plus uniquement l’apanage des scientifiques. Au cours des dernières décennies, que ce soit en France, au Royaume-Uni ou ailleurs, le public a commencé à questionner certaines avancées scientifiques, tant pour des problèmes d’éthique associés soit à la santé humaine soit à la protection de notre environnement, qu’à cause d’un certain nombre de scandales qui ont remis en question la confiance que le public accorde aux recherches scientifiques (nous mentionnerons ici, et purement à titre d’exemple, l’affaire britannique du Climategate, qui a défrayé la chronique en 2010 suite à la diffusion, deux semaines avant le sommet de Copenhague, d’un ensemble de courriels et fichiers informatiques en provenance du centre de recherche climatique de l’Université d’East Anglia, remettant en cause de la déontologie professionnelle de certains membres du centre). L’approbation du public n’est par conséquent plus un fait acquis d’avance, et il y a une véritable prise de conscience de l’influence que le public peut avoir sur certaines décisions politiques.

    lire la suite

  • Premier entretien du nouveau directeur de l’AHRC dans le Guardian

    Dans ce premier entretien avec un journaliste, P. Esler insiste sur la nécessité d’imposer une autre conception de la science, plus large, capable d’englober aussi les sciences humaines et les arts. Il souligne aussi la part très importante des activités générées par les sciences humaines et les arts dans l’économie, point crucial dans son argumentaire pour obtenir que son conseil soit plus largement doté dans l’avenir.

    lire la suite

  • Un mois pour célébrer l’histoire du peuple noir à Cambridge

    Le 14 octobre a marqué le début d’un mois de célébrations organisées par le Centre d’études africaines de l’Université de Cambridge destinées à rappeler les grands moments de l’histoire des peuples d’Afrique noire.
    Dans (...)

    lire la suite

  • A l’origine de l’Origine des Espèces

    Avec trois autres collègues, le directeur du jardin botanique de l’Université de Cambridge, John Parker, vient de publier un article dans Nature dans lequel il se penche sur les années de formation de Darwin, alors qu’il était jeune étudiant à Cambridge.

    lire la suite

  • La Saïd Business School poursuit son intégration à l’Université d’Oxford

    Fondée en 1996 comme institution de l’Université d’Oxford, la Saïd Business School avait jusqu’ici un mode de fonctionnement à part au sein des établissements d’enseignement de l’Université. En effet, contrairement à la (...)

    lire la suite

  • Le succès international des universités britanniques se confirme

    Le dernier classement mondial des universités (2005 World University Ranking) publié à la fin octobre, place les institutions britanniques au deuxième rang après les Etats- Unis.

    lire la suite

  • Un nouveau statut pour les archives de Winston Churchill

    Les archives de Winston Churchill (1874 - 1965) ont été reconnues d’ importance majeure, au plan national et international par le Museums, Libraries and Archives Council (M.L.A) du Royaume-Uni.

    lire la suite

  • Parution du nouveau livre de Maxine Berg sur le luxe durant le « long XVIIIe siècle »

    Maxine Berg, professeur d’histoire à l’université de Warwick et spécialiste reconnue de l’histoire économique du XVIIIe siècle, vient de publier Luxury and Pleasure in Eighteenth -Century Britain (Oxford University Press), (...)

    lire la suite

  • Nomination d’un directeur de la communication à l’Université d’Oxford

    Le vice-chancelier de l’Université d’Oxford, le Dr John Hood, en poste depuis octobre 2004, continue à étoffer son équipe. Alors que Jon Dellandrea, chargé des projets de développement de l’université, doit prendre son (...)

    lire la suite

  • La British Academy se prononce sur les critères d’évaluation du prochain RAE

    La British Academy entend défendre les spécificités de la recherche en sciences humaines et sociales dans les critères d’évaluation du RAE,qu’elle juge trop influencés par les sciences dites « dures ».

    lire la suite

haut de la page