Archives Dossiers

  • Panorama de la recherche clinique : Ecosse, Pays de Galles et Irlande du Nord

    Le Royaume-Uni comprend quatre régions (ou nations : Angleterre, Ecosse, Pays de Galles et Irlande du Nord), trois d’entre elles ayant acquis une autonomie partielle en 1999 lors du processus de dévolution. Ainsi, les secteurs dévolués incluent l’enseignement, la recherche et la santé, les politiques, stratégies et actions étant élaborées et décidées au sein des gouvernements dévolués. La recherche clinique est donc organisée, financée, gouvernée et réglementée de manière indépendante.

    lire la suite

  • Les acteurs britanniques de la politique scientifique et technologique

    De nos jours, recherche scientifique, technologique, innovation et ingénierie sont présentes dans tous les secteurs de la vie quotidienne, et intimement liés aux besoins sociétaux et à la croissance économique, que ce soit dans les domaines de l’énergie, des transports, de la communication, de l’agriculture, de l’enseignement, de l’environnement, de la santé, de la défense et de la création d’emplois. Il en résulte un intérêt croissant pour la "politique scientifique", l’interaction entre la science et les mécanismes décisionnels, et ce aussi bien pour les scientifiques, plus intéressés par la partie "policy for science" (c’est-à-dire, en partie, le financement de la recherche) que pour les hommes politiques, auxquels est destinée la partie "science for policy" (c’est-à-dire l’apport de conseils scientifiques et techniques permettant de prendre des décisions informées, fondées sur des faits objectifs).

    lire la suite

  • Géo-ingénierie du climat, perspectives britanniques

    Pouvoir contrôler le climat semble au premier abord relever de la science fiction. Et pourtant, depuis une dizaine d’années, les scientifiques explorent des méthodes pour le modifier délibérément et à grande échelle : c’est la géo-ingénierie du climat. Confrontés à des scénarios climatiques plutôt pessimistes, alors que la communauté internationale peine à s’entendre sur une stratégie coordonnée de réduction des émissions de gaz à effet de serre, ces technologies peuvent apparaître comme une solution de recours, un "plan B". Le Royaume-Uni dispose d’un réel potentiel dans ce domaine émergent des sciences du climat, avec des programmes de recherche financés à hauteur de plusieurs millions de livres. Un rapport publié en 2009 par la Royal Society est largement reconnu comme l’un des plus exhaustifs réalisés à cette date par une institution publique.

    lire la suite

  • Panorama de la recherche clinique en Angleterre

    La recherche clinique, qui se définit comme la recherche biomédicale effectuée sur les humains, leurs tissus et leurs cellules, inclut non seulement la recherche et le développement (R&D) de nouveaux produits médicinaux mais également la R&D d’appareils médicaux.

    Le Royaume-Uni était, jusqu’au milieu des années 90, l’un des leaders mondiaux de la recherche clinique en termes de recrutement de patients dans les essais cliniques et de proportion d’essais cliniques mondiaux effectués sur le territoire britannique, de produits brevetés ou de médicaments mis sur le marché. L’essor des pays émergents dans ce domaine, ainsi que l’accroissement important des coûts de la R&D dans les pays occidentaux, ont eu des effets néfastes sur le secteur dans son ensemble. Les pouvoirs publics britanniques ont alors tiré la sonnette d’alarme au début de ce siècle, et à la suite de nombreuses consultations et réflexions, ont publié une multitude de rapports pour réformer en profondeur, depuis 2006, le secteur de la recherche en santé.

    Ce dossier vient mettre en lumière l’organisation complexe de la recherche clinique au Royaume-Uni, l’interaction entre les différents acteurs et les règles auxquelles ils sont soumis.

    lire la suite

  • Les enjeux de l’Arctique - Positions britanniques et françaises

    Les nouveaux enjeux géopolitiques associés aux changements climatiques affectant l’océan Arctique nous incitent à dresser un état des lieux environnemental, stratégique, diplomatique et économique de la région. La diminution de la superficie de la calotte glaciaire, la fonte du permafrost, ainsi que les perturbations de la chaîne alimentaire, de la végétation et des modes de vie des populations autochtones, appellent les Etats à reconsidérer leur perception de la région et la régulation des activités qui s’y développent. L’océan Arctique s’ouvrant à la navigation en été, la réduction du temps des trajets commerciaux via les passages du Nord-Ouest et du Nord-Est, ou encore l’accès aux ressources en hydrocarbures, sont
    autant d’exemples de possibilités économiques aux gains financiers potentiellement considérables.

    lire la suite

  • Communication scientifique au Royaume-Uni : comment le public est-il informé ?

    Au Royaume-Uni, la diffusion de la culture scientifique est inscrite à l’agenda du gouvernement depuis plus de 25 ans. Elle a été formalisée en 1985 sous le concept de Public Understanding of Science (compréhension de la science par le public) à la suite d’une publication de la Royal Society. Quinze ans plus tard, en 2000, une nouvelle vision de la communication scientifique est proposée : le Public Engagement. Un principe qui implique une meilleure considération du public et plus d’interactions avec les scientifiques.

    lire la suite

  • Les réseaux électriques intelligents dans la stratégie énergétique du Royaume-Uni

    Le Royaume-Uni s’est fixé l’objectif extrêmement ambitieux de réduire de plus de 30% ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020, et de 80 % d’ici 2050. Une véritable stratégie de décarbonisation de l’économie est donc progressivement mise en place : électrification des transports et du chauffage domestique, intégration massive des énergies renouvelables, mesures d’accroissement de l’efficacité énergétique des habitations comme des entreprises... Pour réduire les émissions de CO2 produites par le secteur électrique, le gouvernement britannique a mis le développement des énergies renouvelables, et en particulier des éoliennes, au coeur de sa révolution du secteur électrique.

    lire la suite

  • L’innovation responsable

    Les sociétés démocratiques cherchent désormais à proposer des solutions durables aux enjeux du XXIe siècle, et la prise en compte de la notion de responsabilité dans l’innovation devient ainsi cruciale, notamment pour les pays de l’Union Européenne les plus à la pointe de l’innovation. La science et la technologie n’apparaissent désormais plus uniquement comme étant sources de progrès mais aussi comme étant porteuses de nouveaux risques (nucléaire, bactéries résistantes aux antibiotiques, pollution liée aux activités industrielles, nanotechnologies, organismes génétiquement modifiés...). Il convient donc de trouver un équilibre entre la nécessité d’encourager une innovation rapide pour rester économiquement compétitif à court terme, et la nécessité de prendre en compte les conséquences à long terme de l’innovation, sa durabilité et son acceptabilité sociale. Les réflexions sur la science et l’innovation responsables ont donc un rôle important à jouer au sein du débat public et commencent à être intégrées dans les pratiques scientifiques et industrielles.

    Ce dossier présente le concept d’innovation responsable, avant de s’intéresser aux expériences en la matière menées aux Pays-Bas, aux Etats-Unis puis au Royaume-Uni et en France par différents acteurs de la recherche et de l’innovation. Les notions de gouvernance et de l’implication du grand public sont ensuite abordées.

    lire la suite

  • L’avenir des transports automobiles au Royaume-Uni

    Au Royaume-Uni comme ailleurs, le secteur des transports automobiles doit faire face à deux défis. Il doit tout d’abord assurer sa prospérité future et conserver la place privilégiée qu’il occupe dans l’économie britannique. Mais il doit aussi parvenir à se tourner vers des technologies et des produits plus respectueux de l’environnement, et ainsi rendre possible les objectifs avancés par le pays dans la lutte contre le changement climatique.

    lire la suite

  • data.gov.uk, l’ouverture des données publiques au Royaume-Uni

    Après les Etats-Unis en 2009, puis le Royaume-Uni en 2010, de plus en plus de pays s’engagent dans l’ouverture de leurs données. Promue par les militants open data, portée par la société civile et les acteurs du web, la mise en ligne des données publiques répond à un triple objectif : encourager l’innovation par la réutilisation des données, participer à la transparence de l’état et offrir une nouvelle forme de services publics aux citoyens.

    lire la suite

haut de la page