> Annonce des priorités pour les grands équipements de recherche britanniques - juil/août 2006

En décembre 2005, l’Office of Science and Innovation (OSI) et Research Council UK (RCUK, l’organisme qui chapeaute les huit conseils de recherche britanniques) publiaient la feuille de route 2005 pour les grands équipements de recherche britanniques (cf. Actualités scientifiques au Royaume-Uni, janvier 2006, p. 16). Ce document donne la vision de RCUK sur les installations scientifiques de grande taille les plus importantes stratégiquement, maintenant et à l’avenir, auxquelles les scientifiques britanniques souhaiteraient pouvoir participer, au Royaume-Uni ou à l’étranger. L’horizon de cette feuille de route s’étend à plus de quinze ans.

Dans la feuille de route 2005, les projets d’équipements sont classés en deux catégories : les projets actuellement en construction et les projets proposés. Cette dernière catégorie inclut 11 projets impliquant des collaborations internationales parmi les 20 retenus. Mais l’inclusion d’un projet dans la feuille de route ne garantit pas son financement car les fonds publics disponibles sont insuffisants pour financer tous les projets. La publication de la feuille de route est donc toujours suivie par un exercice de hiérarchisation effectué par le gouvernement, conseillé sur le sujet par RCUK. Cet exercice a été publié au cours de l’été 2006 et précise les projets que le gouvernement souhaiterait voir entrer en phase de construction durant les années 2007/08 à 2009/10. Ces projets, au nombre de six, ont été distingués, ou pourraient l’être, pour recevoir un financement du Large Facilities Capital Fund (LFCF) de l’OSI.

Un navire de recherches océanographiques
Le conseil de recherche Natural Environment Research Council (NERC) dispose de deux navires océanographiques : le Charles Darwin et le Discovery. Le Charles Darwin sera remplacé par le James Cook, actuellement en cours de construction. Ce nouveau navire avait été identifié comme priorité de financement en 2004. Le Discovery, quant à lui atteindra les 49 années de service en 2011 ; quoiqu’il ait été rénové au début des années 90, il peut maintenant être sujet à de graves pannes. Des financements sont réservés pour permettre la mise en service du remplaçant du Discovery autour de 2011/12.

Le calcul haute performance
Le gouvernement a récemment annoncé un investissement de 52 millions de livres (environ 77 millions d’euros) accordé au projet High End Computing Terascale (HECToR) qui rentrera en service en 2007. Le gouvernement estime que le Royaume-Uni a besoin d’une nouvelle installation de calcul tous les trois ans afin de suivre les évolutions technologiques et de permettre à ses chercheurs de rivaliser avec leurs homologues étrangers. Le service succédant à HECToR devrait donc entrer en fonctionnement au début de la prochaine décennie : des financements sont réservés pour permettre sa création autour de 2009/10.

La base de données sur les ménages
Cette base de données sur les ménages serait la plus importante au monde et décrirait plus de 40 000 foyers britanniques. Les données stockées devraient permettre aux scientifiques d’étudier différents traits de la société britannique : changements démographiques, pauvreté, flux migratoires, dynamique des marchés du travail, criminalité ou vieillissement. La sélection de ce projet implique que des financements ont été réservés pour la mise en place de la base de données.

L’instrumentation pour la seconde source d’ISIS
Une deuxième source est actuellement en cours de construction à ISIS, la source de neutrons installée au Rutherford Appleton Laboratory (RAL) près d’Oxford. Un ensemble de sept instruments est également en cours de conception et de construction. La nouvelle source et ses instruments devraient entrer en fonctionnement en 2008. La demande pour les instruments équipant la seconde source d’ISIS promet d’être élevée et le projet d’une suite instrumentale supplémentaire a donc été retenu.

La rénovation du National Institute for Medical Research (NIMR)
Le conseil de recherche Medical Research Council (MRC), dont dépend le NIMR, étudie actuellement le dossier lié au redéveloppement de l’Institut sur un site londonien. Le résultat de cette étude sera pris en compte dans la décision concernant l’amplitude et la date d’un financement potentiel.

Le laser X à électrons libres (X-ray Free Electron Laser, XFEL)
Le gouvernement allemand a approuvé en 2003 la construction du XFEL au sein du centre de recherche DESY, situé à proximité de Hambourg. Le Royaume-Uni et d’autres pays membres de l’Union Européenne ont été invités à rejoindre un partenariat pour financer, construire et faire fonctionner l’installation. La hiérarchisation de ce projet par le gouvernement britannique signifie que le Royaume-Uni, à travers le conseil de recherche Council for the Central Laboratory of the Research Councils (CCLRC et probablement ensuite par le Large Facilities Council qui devrait lui succéder) pourra négocier dans de bonnes conditions l’accès à l’installation et son utilisation par les scientifiques britanniques.

Par ailleurs, la source de lumière de 4ème génération (4GLS pour 4th Generation Light Source) et le Collisioneur Linéaire ont également été identifiés comme des priorités. Toutefois, même si l’importance scientifique de ces deux projets est reconnue, ils n’ont pas encore atteint le stade nécessitant des prises de décision sur leur construction. Ces deux projets devraient donc être reconsidérés dans le cadre du prochain exercice de hiérarchisation.

Certains des projets précédents ont été retenus pour un financement de la part du LFCF. Mais ce financement ne sera approuvé et engagé que lorsqu’un business plan complet aura été soumis, suivant les procédures administratives britanniques habituelles.


Sources : DTI ; DTI, Large science facilities


Auteur : Dr Anne Prost

publié le 14/12/2006

haut de la page