Brexit : l’UE reste disponible pour d’autres propositions - Ministre

Brexit - Réponse de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, à une question au gouvernement à l’Assemblée nationale

(Paris, 1er octobre 2019)

Monsieur le Député,

Cela fait plus de trois ans que nous sommes dans l’incertitude, et la difficulté est renforcée par le fait qu’à la chambre des communes, il n’y a pas de majorité pour l’accord de retrait, il n’y a pas de majorité pour le « no deal » et il n’y a pas de majorité pour la tenue d’élections législatives. Il n’y a de majorité pour rien. On sait ce que les Britanniques ne veulent pas, mais on aimerait savoir ce qu’ils veulent.

Vous avez évoqué les propos du Premier ministre Boris Johnson qui maintient son opposition à une demande d’extension de la période de négociation en estimant qu’il aurait un accord avec l’Union d’ici le Conseil européen du 17 octobre, il reste trois semaines. C’est peu et c’est urgent pour le Premier ministre, et les propositions qui ont été faites jusqu’à présent ne permettent pas de rentrer dans le cadre, - et de l’accord dit Accord du Vendredi saint sur la question irlandaise, - et dans l’intégrité du marché intérieur. Si bien que l’Union européenne reste disponible pour d’autres propositions, pour des propositions qui puissent être compatibles avec l’accord de retrait, mais pour l’instant, aucune proposition en ce sens n’a été déposée.

Vous connaissez la position de la France qui considère que l’accord de retrait est la meilleure solution mais aujourd’hui, l’hypothèse d’un retrait le 31 octobre, d’un désaccord et d’une sortie sans accord est la plus plausible.

Mais il faudra néanmoins, Monsieur le Député, que les Britanniques disent comment ils voient le futur parce qu’il y a des contraintes de géographie et d’histoire qui font que de toute façon, le Royaume-Uni restera toujours en Europe et il faudra prévoir cet avenir-là ensemble./.

publié le 11/10/2019

haut de la page