Cap sur le Brésil

Une importante délégation d’officiels britanniques s’est rendue au Brésil fin septembre 2012 afin de resserrer les liens entre le Royaume-Uni et le Brésil dans les domaines de la science, de la recherche et de l’enseignement. Composée du premier ministre David Cameron, du secrétaire d’Etat aux universités et à la science David Willetts, du secrétaire d’Etat au commerce Lord Green, du secrétaire d’Etat pour l’Amérique latine Hugo Swire et de représentants de haut niveau du commerce et de l’enseignement, la délégation britannique a rencontré, entre autres, le ministre brésilien pour l’enseignement, Aloizio Mercandante, et le ministre pour la science, la technologie et l’innovation, Marco Antonio Raupp.

Au nombre des annonces et des engagements discutés au cours de cette visite de haut niveau, nous retiendrons :

- la volonté d’améliorer le programme Science without Borders (Science sans frontière) en offrant des cours optionnels d’anglais, d’une durée de trois à six mois, au sein des universités britanniques participantes, et une allocation supplémentaire de 5.000 £ par an pour les étudiants en thèse dans le domaine des STEM (Science, Technology, Engineering and Mathematics) ;

- la possibilité que le British Council soutienne des programmes de cours d’anglais au sein de dix universités brésiliennes et continue son travail avec le ministère brésilien de l’enseignement pour envoyer jusqu’à 500 enseignants brésiliens deux fois par an au Royaume-Uni afin de se familiariser avec les bonnes pratiques d’enseignement de la langue ;

- un accord de partenariat de recherche, à hauteur de 4,5 M£, entre BG Group, l’Université d’Aberdeen et l’Université de Rio Grande do Sul, permettant des échanges de 25 étudiants en thèse entre les deux pays ;

- une annonce de 10 M$ de BP pour un projet de recherche collaborative entre huit universités britanniques et brésiliennes, afin d’étudier l’évolution géologique et le potentiel en ressources terrestres dans le bassin du Parnaiba, Nord-Est du Brésil ;

- la signature d’un accord de recherche d’une valeur de 1 M$ entre BP et le Brazil’s National Laboratory of Bioethanol Science and Technology (Laboratoire national brésilien de science et technologie du bioéthanol) dans le but de créer un nouveau processus de production d’éthanol à partir de la canne à sucre.

Au travers de toutes ces mesures, le Royaume-Uni entend doubler ses exportations vers le Brésil pour atteindre une valeur annuelle de 4 Md£ d’ici 2015. L’enseignement et la science constituent un élément majeur de ce projet. Force est de constater que le Royaume-Uni se donne les moyens de mettre l’accent sur les partenariats avec les pays du sud, tel qu’exposé dans l’article précédent sur l’initiative Royal Society-DFID pour le renforcement des capacités en Afrique, mais aussi sur les économies émergentes que représentent les BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine).

— 

Science without Borders (Ciência sem Fronteiras) est un programme de bourses du gouvernement brésilien qui a pour but d’envoyer 101.000 étudiants brésiliens pour des cours de premier cycle ou des thèses en alternance, ou des thèses "complètes" dans les meilleures universités à travers le monde pour étudier les sciences, technologie, ingénierie, mathématiques ainsi que dans le domaine des industries créatives.

Science without Borders UK (Ciência sem Fronteiras no Reino Unido) est le premier programme de mobilité étudiante à grande échelle au Royaume-Uni, souhaitant accueillir 10.000 étudiants brésiliens au cours des quatre prochaines années, et ce à compter de septembre 2012. Les 529 premiers étudiants sont arrivés sur l’île cet automne et 1 384 ont candidaté pour se joindre à cette première vague à compter de janvier, ce qui place le Royaume-Uni en deuxième place de choix des étudiants brésiliens, derrière les Etats-Unis (il y a actuellement 2 500 étudiants suivant ce programme aux Etats-Unis et 500 étudiants en thèse arriveront à l’automne 2013. Il est à noter que les Etats-Unis se sont engagés à faciliter les démarches administratives relatives aux demandes de visas de ces étudiants).

Science without Borders UK est géré par l’unité internationale de l’enseignement supérieur (Higher education international unit) pour le compte de Universities UK. Du côté brésilien, le programme est géré par le CAPES (Coordenadoria de Aperfeiçoamento de Pessoal de Nivel Superior, agence de financement de la recherche) et le CNPq (Conselho Nacional de Desenvolvimento Cientifico e Tecnológico, agence de promotion de la recherche scientifique et technique).

Sources :

- BIS press release, 28/09/012, UK and Brazil strengthen ties in science, research and education, http://redirectix.bulletins-electroniques.com/e2fMm
- Science without Borders, http://sciencewithoutborders.international.ac.uk/about.aspx
- Brazil-U.S. Business Council, http://www.brazilcouncil.org/ScienceWithoutBorders

Rédacteurs :

Maggy Heintz

publié le 06/12/2012

haut de la page