Chirurgie : bientôt l’ère du « sur mesure » ?

Une équipe de scientifiques de l’Université de Manchester développe un système fonctionnant selon le principe des imprimantes à jets d’encre et qui sera capable de créer des tissus humains, tels que l’os ou la peau, sur mesure et à la demande. Cette innovation pourrait par exemple traiter des patients atteints de brûlures sévères ou défigurés à la suite d’un accident. Le professeur Brian Derby, directeur du projet « Ink-jet Printing of Human Cells », estime que cette technique présente un potentiel très important. Selon lui, il suffira de rentrer les cotes exactes d’un patient dans un ordinateur pour obtenir une « impression » des cellules humaines désirées, à la taille souhaitée.

La technique utilisée reste simple : les cellules humaines, conservées dans un liquide riche en nutriments leur permettant de survivre en suspension, seront injectées à travers l’imprimante en plusieurs couches très fines, d’environ un micromètre d’épaisseur. Une fois en contact, les cellules forment des structures tri-dimensionnelles appelées « tissues scaffolds » et reforment les contacts indispensables à la formation d’un tissu homogène. En théorie, il serait possible de reconstruire un fragment de tissu unique destiné à un patient donné, alors qu’il est très difficile pour le chirurgien de reconstruire tout ou partie d’un visage à l’aide d’images tomographiques. De plus, les méthodes traditionnelles employées permettent de faire croître des tissus de quelques millimètres d’épaisseur, qui peuvent convenir pour le tissu de la peau, mais qui ne sont pas adaptés pour des tissus plus durs et résistants tels que les tissus osseux ou cartilagineux.


Sources : BBC News, 18/01/05, http://news.bbc.co.uk, University of Manchester, 07/01/05, www.manchester.ac.uk

publié le 18/11/2008

haut de la page