Cinq nouveaux centres de formation de haut niveau en sciences de l’ingénieur

Le secrétaire d’Etat à la science et aux universités, David Willets, a inauguré cinq nouveaux centres de formation destinés à délivrer des EngDs (Engineering Doctorates, doctorats en sciences de l’ingénieur). Ce type de diplôme, jouissant déjà d’une réelle reconnaissance, prépare en quatre ans des chercheurs qui se destinent à embrasser une carrière industrielle. Dans ce cursus, les étudiants effectuent des travaux de recherche en partenariat avec l’industrie, au sein de laquelle se déroule une part significative de leur formation. Ils ont ainsi la possibilité de développer leurs compétences en économie et gestion d’entreprise, tout en recevant un enseignement de haut niveau sur les technologies innovantes utilisées dans le domaine de la production industrielle.

Chacun de ces centres accueillera de six à dix étudiants par an. Installés au sein d’universités ayant une solide culture de partenariat avec l’industrie, ils seront financés par l’EPSRC (Engineering and Physical Sciences Research Coucil, conseil de recherche pour les sciences de l’ingénieur et les sciences physiques) à hauteur de 1,25 M£ par centre, par les universités hôtes, et par des entreprises privées qui apporteront plus de la moitié des financements. Parmi ces partenaires industriels se trouvent par exemple Jaguar Land Rover, Airbus, Boeing, Rolls-Royce. Ces nouvelles structures s’ajoutent aux 19 Industrial Doctorate Centres (écoles doctorales industrielles) déjà soutenus par l’EPSRC.

Les thématiques étudiées par les cinq nouveaux centres et leurs universités d’accueil sont les suivantes :
- amélioration de la performance des technologies de fabrication rapide, aux universités de Nottingham, Birmingham et Loughborough ;
- diminution de la quantité de déchets induits par le travail du métal, à l’Université de Strathclyde ;
- développement de nouvelles technologies pour les machines outils pour des économies de temps et d’argent, à l’Université de Sheffield ;
- production industrielle à haute valeur ajoutée et faible impact environnemental, à l’Université de Warwick ;
- mise en oeuvre de nouvelles techniques pour améliorer les procédés de fabrication, à l’Université de Swansea.

Pour le secrétaire d’Etat à la science et aux universités, les cinq centres de recherche permettront de soutenir la croissance économique britannique, en formant des personnels hautement qualifiés dont les compétences sont adaptées aux grands domaines de l’industrie du Royaume-Uni comme l’automobile et l’aéronautique.


Sources :
- News EPSRC, 13/01/11, http://redirectix.bulletins-electroniques.com/Q2ZVA
- Science Business, 13/01/11, http://bulletin.sciencebusiness.net/NewsArticle.aspx?ArticleId=74670


Auteur : Joël Constant

publié le 21/03/2011

haut de la page