Compte-rendu de la conférence inaugurale britannique sur les cellules souches

La conférence inaugurale du réseau national de recherche sur les cellules souches a réuni à Edimbourg pendant trois jours (9 au 11 avril) l’ensemble de la communauté britannique travaillant sur les cellules souches – animales et humaines, embryonnaires et adultes. Près de 400 délégués britanniques, plus une poignée d’étrangers, avaient fait le déplacement sur le campus de l’Université Heriot-Watt. Ils ont pu entendre des sessions couvrant l’ensemble des domaines de recherche sur les cellules souches : biologie, biologie du développement, ingénierie cellulaire et tissulaire dérivant des cellules souches, questions relatives aux cancers, qu’il s’agisse de ceux touchant directement les cellules souches elles-mêmes ou ceux causés par les cellules souches. Une session entière et plusieurs posters étaient aussi dédiés aux aspects sociétaux de la recherche sur les cellules souches. En parallèle de ces sessions se sont tenus deux ateliers, l’un sur la propriété intellectuelle et la brevetabilité et l’autre concernant les règles de bonnes pratiques de production (Good Manufacturing Practices, GMP).

Cette conférence a eu lieu sur fond de débats intenses et animés à la Chambre des Communes, en raison de la révision de la loi de 1990 sur les techniques d’aides à la reproduction assistée et la recherche sur l’embryon (et par conséquent les cellules souches) [1].

Le gouvernement britannique s’était engagé il y a quelques années à abonder financièrement la recherche sur les cellules souches afin de préserver sa position de leader mondial dans ce domaine de recherche de pointe. L’essor considérable de ce dernier a ainsi été mis en lumière au cours de cette conférence nationale : âgées d’une dizaine d’années et réparti dans un petit nombre de pôles d’excellence il ya encore quelques années, ces recherches se sont multipliées à la fois en nombre de projets mais également géographiquement. Selon le manager de Northeast England Stem Cell Insitute (NESCI), seule une dizaine de chercheurs de la région Nord-Ouest était présente à la conférence, sur près de 150 en totalité. En extrapolant cette proportion à l’ensemble des régions du Royaume-Uni, on imagine alors facilement qu’il existe une communauté « cellules souches » très importante dans le pays, répartie sur la plus grande partie du territoire.

Un grand nombre de scientifiques et d’universités ont ainsi « pris le train en marche », avec des spécialités très diverses : cellules souches pluripotentes, développement de techniques et technologies, sciences sociales et politiques, médecine régénérative et ingénierie tissulaire, cellules souches et cancer, etc. Même des universités comme celle d’Oxford, qui n’avait pas de groupe dans ce domaine encore récemment, ont recruté des chercheurs qui étaient présents lors de la conférence d’Edimbourg.

Université Nom du chercheur Type de cellule/de recherche
Bath Pr M. Welham murine ESC/signalisation
Birmingham Dr L. O’Neill mESC-hESC/expression génique
Cambridge Dr L. Vallier

Dr B. Gottgens

hESC/techologies

mESC/hématologie

Cardiff Pr. A. R. Clarke

Pr C. Archer

murineSC/cancer du colon

pouleSC/Chondrogenèse

Durham / ReInnervate Dr S. Przyborski ESC/technologies
Edimbourg Dr T. Kunath

Dr N. Mullin

Pr J. Brickman

S. Parry

Pr S. Forbes

mESC/signalisation

mESC/signalisation

ESC/signalisation

Débat public

SC/foie

Exeter Dr C. Hauskeller Science, médicine et société
Glasgow Dr J. Mountford SC/hématologie, technologies
Imperial College London Dr. A. Mantalaris ESC/bioprocessing
King’s College London Dr. M. Modo

Pr P. Sharpe

SC/neurodégénération

SC dentaires

Leeds Dr T. Damiano

Pr A. Nelson

murineESC/signalisation

self-régénération

Manchester Dr C. Ward hESC-mESC/rôle des molécules d’adhésion dans le destin des SC
Newcastle Pr K. Nayernia hESC/cellules germinales
Nottingham Dr C. Denning hESC/dérivation cardiomyocytes
John Radcliffe Hospital, Oxford
Oxford
Pr. T. Enver

P. Fairchild

SC line/signalisation

hESC-mESC/immunologie

Queen Mary College Dr S. Marino SC neurales/Cancer
Southampton Pr N. Hanley hESC/Diabète
Ulster Dr H. Wheadon mESC/signalisation
York Dr L. Eriksson standardisation

Un atelier spécialisé : les Good Manufacturing Practices (GMP)

Introduit par M. Martin Cox, Manager du NESCI à Newcastle, l’atelier sur les GMP a présenté :
• l’environnement juridique et réglementaire aux plans européen et britannique ;
• la conformité réglementaire et des GMP dans les services du sang et des tissus ;
• les défis de la construction des laboratoires GMP à l’Université de Newcastle ;
• les difficultés de la vie quotidienne dans l’utilisation des laboratoires GMP ;
• une mise à jour des activités de la UKSCB (UK Stem Cell Bank) et de l’International Stem Cell Forum (ISCF).

Il existe aujourd’hui six laboratoires GMP sur le territoire britannique, au sein des universités de Manchester, Newcastle, Edimbourg, Sheffield et Londres, et de la UK Stem Cell Bank. Ces acteurs vont travailler ensemble, sous l’ombrelle UK hESC Quality Forum, pour :
• rédiger un code de bonne pratique qui sera ratifié par les MHRA (Medicines and Healthcare products Regulatory Agency) et HTA (Human Tissue Authority), les deux instances réglementaires britanniques ;
• aider ces instances réglementaires à créer des banques de données, « historique » des cellules souches ;
• définir les critères nécessaires à la catégorisation des cellules souches sous le label « clinique » ;
• aider à la mise en place des bonnes pratiques ;
• aider pour les coûts d’audit.

[1Les points les plus contentieux de cette loi ont depuis passé le test le plus important, à savoir qu’ils ont été approuvés en deuxième lecture

publié le 01/05/2009

haut de la page