Corrélation positive entre la pollution sonore et la pression artérielle

Au milieu d’une nuit de sommeil normal, un événement sonore supérieur à 35 décibels fait augmenter la pression artérielle (PA) chez des personnes endormies, même si l’événement lui-même n’est pas consciemment enregistré par ces dernières. Ces résultats, publiés par une équipe de scientifiques britanniques dans le journal European Heart Journal, démontrent pour la première fois la corrélation qui existe entre la pollution sonore et l’augmentation de la pression artérielle.

Au cours de l’expérience, les scientifiques ont observé le sommeil de 140 volontaires habitant à proximité de quatre gros aéroports internationaux en Europe (dont Londres Heathrow). Ils ont alors mesuré la PA et la fréquence cardiaque de ces individus toutes les 15 minutes au cours de la nuit, enregistré les bruits atteignant les chambres à coucher, et analysé et comparé les données obtenues, indépendantes, pour déterminer s’il existait une association entre elles.

Ils ont ainsi observé que le bruit d’un avion proche cause une augmentation aiguë des pressions artérielles systolique et diastolique (6,2 mmHg et 7,4 mmHg, respectivement) chez ces personnes endormies. La fréquence cardiaque augmente, quant à elle, de façon non significative. Ces augmentations sont similaires lors d’événements sonores du même ordre de grandeur provenant de la circulation routière, démontrant l’importance de l’intensité dans l’augmentation de la PA, et non des caractéristiques de l’événement sonore : en moyenne, une incrémentation positive de 5 dB conduit à une augmentation de la PA systolique de 0,66 mmHg.

Ces résultats font suite à une autre étude, par les mêmes chercheurs, qui avait démontré que les individus habitant sous une trajectoire de décollage et d’atterrissage des avions présentaient des risques accrus d’hypertension par rapport aux individus habitant dans des zones calmes. Une augmentation du bruit des avions de 10 dB était notamment responsable d’une augmentation de la PA d’environ 14 % chez les hommes comme chez les femmes.

Pression artérielle
La pression artérielle, ou tension artérielle, correspond à la pression du sang dans les artères. Elle est exprimée par deux mesures, la pression maximale au moment de la contraction du cœur (systole), et la pression minimale au moment du « relâchement » du cœur (diastole). Elle est souvent mesurée en centimètres ou en millimètres de mercure (cmHg, mmHg). En langage courant, la tension est indiquée par deux nombres qui correspondent à la pression systolique suivie de la pression diastolique. Par exemple « douze/huit » correspond à une pression systolique de 12 cmHg et une pression diastolique de 8 cmHg.



Sources :
- Imperial College London, 11/02/08


Rédactrice : Dr Claire Mouchot

publié le 01/05/2009

haut de la page