Création d’un Collaborative Centre for Research in Sustainable Connected Cities

"Rendre les villes intelligentes" : Intel, Imperial College London et University College London ont annoncé, fin mai, le lancement à Londres d’un institut de recherche collaboratif sur les villes connectées et durables, lors d’un événement à 10 Downing Street, la résidence du Premier ministre.

Ce nouvel institut de recherche à vocation mondiale, basé à Londres, sera le premier centre de R&D d’Intel dédié à l’exploration des nouvelles technologies comme soutien au développement social et économique des villes. En parallèle, Intel a lancé un réseau de recherche au Royaume-Uni, l’Intel Labs Europe UK R&D. Ce réseau comprendra neuf centres de recherche, dont le Collaborative Centre for Research in Sustainable Connected Cities, situées à Londres, Brighton, Swindon et Aylesbury (d’autres centres seront ajoutés d’ici fin 2012) et se concentrera sur la sécurité informatique ainsi que le calcul haute performance.

L’objectif de cet institut de recherche est donc de répondre aux défis auxquels sont confrontées les villes (des sécheresses aux embouteillages, en passant par le gaspillage énergétique) à l’aide de solutions informatiques, de capteurs et de micro-réseaux sans fil, c’est-à-dire rendre les villes "intelligentes". En utilisant Londres comme une plateforme de test, les chercheurs veulent rendre les villes "conscientes" en collectant de multiples données en temps réel sur les utilisateurs comme les infrastructures. Par exemple, un réseau de capteurs permettrait de surveiller les flux d’eau, de prévoir les conséquences de phénomènes météorologiques extrêmes sur l’alimentation en eau, puis de pouvoir fournir de l’information en temps quasi réel aux citadins notamment à l’aide d’applications mobiles.

Comme le précise Justin Rattner, directeur technologique d’Intel et directeur d’Intel Labs, "en 2050, la plupart des neuf milliards d’humains vivront dans des villes. C’est pourquoi les besoins provenant des villes seront particulièrement représentatifs des besoins de l’humanité". Edward Astle, Pro-recteur pour les entreprises à Imperial College, ajoute : "l’Institut nous permettra de rendre réel toute sorte de systèmes intelligents dans les villes. Un exemple pratique de l’utilisation de nos recherches est le cas d’une fuite d’eau importante qui inonderait les rues. Nous pourrions introduire un réseau de capteurs qui détecteraient une telle fuite, détournerait les flux d’eau pour prévenir des dommages trop importants dans la zone de la fuite et transmettrait sans fil l’information aux autorités chargées des transports afin que localement le trafic puisse être redirigé, évitant ainsi des embouteillages et des perturbations importantes".

L’Institut emploiera initialement une douzaine de chercheurs qui se concentreront dans un premier temps sur des applications numériques. Ils impliqueront les communautés locales afin de comprendre comment ils pourraient utiliser ces nouvelles technologies, et les associeront étroitement à la conception des applications. Car si ces innovations destinées à rendre les villes plus intelligentes et adaptatives rassembleront des données issues de capteurs incorporés dans les infrastructures, elles utiliseront également des données partagées par les communautés locales pour développer des comportements plus responsables et durables.


Sources :
- Imperial College London, Intel invests in UK institute to create Global Centre for Research in Sustainable Connected Cities, 24/05/2012, www3.imperial.ac.uk/newsandeventspggrp/imperialcollege/newssummary/news_24-5-2012-17-6-8


Auteur : Olivier Gloaguen

publié le 30/08/2012

haut de la page