De la poudre de racines séchées de jacinthe d’eau pour purifier l’eau

Au Bangladesh, l’eau potable reste un problème central pour les populations et, durant les trente dernières années, l’État a institué un programme majeur de forage de puits tubulaires. En conséquence, une grande partie de la population du pays dépend de l’eau souterraine pour sa consommation courante d’eau potable. Or cette eau est contaminée par de l’arsenic inorganique, sous ses formes As(III) et AS(V) (cf. Actualités Scientifiques au Royaume-Uni, janvier 2004, p. 29). On estime que cette pollution, de source géologique et non anthropogénique, empoisonnerait lentement 57 des 129 millions d’habitants du pays. L’ingestion chronique d’arsenic peut conduire à de graves problèmes de santé allant des cancers (peau, poumons, vessie, reins) au diabète et à des désordres d’ordres cardiovasculaire et respiratoire.

JPEG - 13 ko
Jacinthe d’eau
Source : université de Flroide

Mais au Bangladesh, il n’existe pas pour l’eau potable d’alternative réelle à l’utilisation des puits tubulaires : l’eau de pluie ne peut être utilisée en raison des faibles précipitations et de sa contamination possible lors de sa récupération. En outre, le coût de construction des réservoirs de collection d’eau de pluie est élevé. L’eau de surface ne contient pas d’arsenic mais le nombre de mares et de puits creusés de faible profondeur diminue dans les régions rurales du Bangladesh et la consommation de cette eau peut causer des gastroentérites.

La solution principale à la pollution de l’eau par l’arsenic semble donc résider dans sa décontamination. Différentes méthodes peuvent être employées par exemple en utilisant des zéolites naturelles, des résines permettant l’échange d’ions ou encore des biopolymères (chitines...). Mais ces méthodes restent onéreuses et les scientifiques recherchent depuis plusieurs années des méthodes de purification simples et moins coûteuses. En particulier, des plantes peuvent être utilisées pour la dépollution ; plusieurs plantes sont connues pour accumuler le métal présent dans l’environnement, en particulier la jacinthe d’eau (Eichhornia crassipes) qui pousse sur les plans d’eau et a été utilisée comme système modèle pour l’étude de l’absorption des ions métalliques par les plantes aquatiques. La jacinthe d’eau est identifiée comme une « peste verte » car, originaire d’Amérique du Sud, elle s’est répandue un peu partout dans le monde où elle croit à profusion en étouffant les plans d’eau. Des études ont déjà été menées pour vérifier les propriétés de dépollution de cette espèce mais elles utilisaient la plante vivante. Des chercheurs de l’université De Montfort de Leicester ont choisi d’employer de la poudre de racines séchées de jacinthe d’eau, provenant de Dakha au Bangladesh, et ils ont publié des résultats très encourageants au cours du mois de mars 2005. Ils ont observé que cette poudre peut supprimer rapidement et très efficacement l’arsenic présent dans l’eau ; en effet, ils ont utilisé la spectrométrie d’absorption atomique pour démontrer que plus de 93 % de l’arsénite (As(III)) et 95 % de l’arséniate (As(V)) disparaissaient d’une solution contenant 200 µg/l d’arsenic et ce 60 minutes après traitement avec une poudre fabriquée à partir de racines séchées. La quantité d’arsenic restante est inférieure à 10 µg/l, seuil édicté par l’OMS pour l’eau potable.

Cette découverte offre des perspectives intéressantes puisque la jacinthe d’eau pousse en abondance au Bangladesh : cette ressource naturelle et peu coûteuse pourrait sauver des milliers de vie, non seulement au Bangladesh mais aussi en Inde, en Mongolie, au Mexique, au Chili et en Thaïlande. Les scientifiques de l’université De Montfort souhaitent maintenant collaborer avec d’autres pour transformer le concept en réalité sur le terrain.


Sources : Journal of Environmental Monitoring, 2005, 7, www.rsc.org/CFmuscat/intermediate_abstract.cfm?FURL=/ej/EM/2005/b500932d/index.htm&TYP=ADV ; The Royal Society of Chemistry, 15/03/05, www.rsc.org ; Arch. Environ. Health, 2002, 57, 516-518


Auteur : Dr Anne Prost

publié le 09/07/2008

haut de la page