Des compagnies de biotechnologies britanniques signent un accord de 375 000 dollars avec Novartis - mai 2005

Deux compagnies de biotechnologies britanniques (Arakis Ltd. et Vectura Group Plc.) ont annoncé le 13 avril 2005, en association avec la compagnie pharmaceutique Novartis, la signature d’un accord pour le développement global et la commercialisation d’un produit appelé AD 237. AD 237 est un agent anti-muscarinique utilisé pour le traitement de la broncho-pneumopathie chronique obstructive (ou emphysème). Inhalé, il présente des effets longue durée. L’accord autorise Novartis à développer davantage ce produit pour une utilisation en monothérapie ou en bithérapie, en combinaison avec un autre agent QAB149. Ce dernier est un agoniste bêta2, bronchodilataeur prometteur à effet longue durée, à utiliser quotidiennement.

AD 237 a été développé jusqu’en phase II d’essai clinique grâce à une collaboration entre Vectura et Arakis. Vectura a apporté sa technologie d’inhalation Powerdale® permettant une bonne délivrance de l’agent au niveau des poumons : l’optimisation de la technologie a porté sur la fraction de particule fines délivrée par l’intermédiaire d’un appareil inhaleur de poudre sèche disponible commercialement.

L’emphysème est la quatrième plus grande cause de décès au monde ; on estime que la fréquence d’apparition de cette maladie est d’environ 4 % dans les populations américaine, européenne et japonaise et qu’environ 1 fumeur sur 15 est atteint. La destruction de la fonction pulmonaire est irréversible. Le marché annuel pour l’emphysème est d’environ 4 milliards de dollars (environ 3,1 milliards d’euros) et on estime qu’il pourrait augmenter à hauteur de 10 milliards de dollars (environ 8 milliards d’euros) d’ici à 2010.

L’accord signé permettra à Arakis et Vectura de recevoir un paiement initial de 15 millions de dollars (environ 12 millions d’euros), suivi de paiements étalés qui dépendront des cibles atteintes aussi bien cliniques, commerciales que réglementaires et pourraient atteindre 172,5 millions de dollars pour chaque compagnie (environ 136 millions d’euros). De plus, toutes deux toucheront des redevances sur la vente du produit, qu’il soit préconisé sous forme de monothérapie ou de bithérapie.

Sources : ResearchResearch, 14/04/05, www.researchresearch.com, Novartis, Press release, 13/04/05, www.dominoext.novartis.com, Arakis, News, 13/04/05, www.arakis.com, Vectura, Press release, 13/04/05, www.vectura.co.uk

publié le 17/11/2008

haut de la page