> Des conseils de recherche et UKAEA rejoignent le réseau de transfert de technologie pour les capteurs - mars 2006

Trois conseils de recherche, le Biotechnology and Biological Sciences Research Council (BBSRC), le Particle Physics and Astronomy Research Council (PPARC) et le Council for the Central Laboratory of the Research Councils (CCLRC) ainsi que la United Kingdom Atomic Energy Authority (UKAEA, l’autorité britannique pour l’énergie atomique) ont rejoint, en tant que partenaires et bailleurs de fonds, le réseau de transfert de technologie consacré aux capteurs du Department of Trade and Industry (DTI, le ministère du Commerce et de l’Industrie britannique). Ce réseau, appelé Sensors Knowledge Transfer Network (ou Sensors KTN), fait partie d’une initiative plus large du DTI (les KTNs). Ces réseaux sont conçus sous la forme de forums nationaux destinés à promouvoir les collaborations ainsi que le partage des meilleures pratiques et des connaissances entre l’industrie et l’université.

Le Sensors KTN réunit plusieurs acteurs britanniques du domaine des capteurs, qu’il s’agisse d’entreprises, d’universités ou de ministères. Il couvre toutes les activités liées aux capteurs, des principes de mesure fondamentaux à l’instrumentation, la gestion de données ou encore les dispositifs de mesure.

Le partenariat mis en place grâce à Qi3, une société spécialisée dans la commercialisation, prendra la forme de deux groupes d’intérêt particulier : « Advanced Instrumentation » (l’instrumentation de pointe) et « Research Facilities » (les installations de recherche). Ces groupes ont pour objet d’une part de stimuler l’innovation dans le secteur de l’instrumentation et, d’autre part, d’améliorer l’engagement des industries britanniques dans les installations de recherche scientifique.

Stimuler l’innovation pour l’instrumentation avancée
Le secteur britannique de l’instrumentation représente 9 milliards de livres (environ 13 milliards d’euros) de ventes annuelles et étaye 50 milliards de livres (environ 72 milliards d’euros) d’activité dans d’autres secteurs, en particulier la défense et la santé. Toutefois, il reste très fragmenté avec seulement quelques grandes compagnies opérant au niveau international et de nombreuses PMEs. De plus, de nombreux instruments avancés ne sont produits que par des entreprises étrangères alors même que la recherche académique britannique est très performante pour le développement de l’instrumentation. Le réseau Sensors KTN va donc s’efforcer de renforcer, à tous les niveaux de la chaîne logistique, les liens entre les organisations de recherche et l’industrie.
Donner accès aux possibilités commerciales dans les installations de recherche et l’industrie.

Donner accès aux possibilités commerciales dans les installations de recherche
Les grands équipements de recherche européens ou internationaux, comme le nouveau synchrotron britannique Diamond, le CERN ou ITER, nécessitent une instrumentation avancée. Ces équipements constituent donc un important marché et une source de nouvelles connaissances pour l’industrie. Le nouveau partenariat s’efforcera donc de structurer la façon dont l’industrie de l’instrumentation tire profit des technologies développées pour et par la recherche.

En fait, le consortium mis en place regroupe douze membres se répartissant trois tâches :

  • la gestion est assurée par Qi3 qui rejoint dans cette activité le National Physical Laboratory ainsi que Sira, une société britannique spécialisée dans l’instrumentation et la mesure ;
  • le financement est apporté par le DTI, les conseils de recherche BBSRC, PPARC, CCLRC et UKAEA ;
  • le soutien repose sur deux sociétés savantes (l’Institute of Physics, IoP, et l’Institute of Electrical Engineering, IEE), sur l’association professionnelle Gambica (représentant les intérêts des entreprises britanniques d’instrumentation, de contrôle et de technologie de laboratoire) et sur UK Trade & Investment (l’organisation gouvernementale qui soutient les entreprises britanniques à l’international et favorise l’implantation et le développement des entreprises étrangères sur le sol britannique).

Une des premières activités du partenariat consistera à créer une base de données unique recensant les fournisseurs d’instrumentation avancée des laboratoires de recherche.


Sources : Research Council UK, 15/02/06 ; Qi3, 22/02/06 ; Sira


Auteur : Dr Anne Prost

publié le 09/05/2006

haut de la page