Escale à Londres du bateau à hydrogène "Energy Observer" [en]

Le bateau fonctionnant à l’hydrogène, "Energy Observer", fera escale à Londres entre le 4 et le 13 octobre 2019. Cette escale s’inscrit dans le cadre d’une tournée mondiale qui vise à effectuer des expérimentations sur différents systèmes de propulsion décarbonnée pour les navires, et en particulier l’hydrogène. Cette Odyssée de 6 ans, 50 pays et 101 escales sur un véritable "laboratoire flottant" a pour mission de tester les technologies embarquées à bord afin de développer les énergies de demain.

JPEG

Le but de cette mission est également de sensibiliser les citoyens et autorités publiques sur les questions de transition énergétique et de la lutte contre le changement climatique. Energy Observer a été nommé «  Ambassadeur des objectifs de développement durable » et bénéficie du soutien du Président de la République Emmanuel Macron.

La technologie de pointe embarquée par Energy Explorer est issue de travaux de recherche développés au CEA-LITEN (Laboratoire d’Innovation pour les Technologies des Energies nouvelles et les Nanomatériaux) basé à Grenoble et Chambéry. Le catamaran met en valeur les énergies renouvelables et leur mise en application au niveau maritime. C’est le premier navire au monde capable de produire son hydrogène à bord, via l’électrolyse de l’eau de mer. La production énergétique s’appuie aussi sur le solaire, le vent et la force hydraulique. Le stockage est assuré par des batteries lithium-ion et l’hydrogène produit.

Cette initiative française souligne l’importance des nouvelles énergies pour le futur des transports et la neutralité carbone en 2050, et contribue aux objectifs de l’Accord de Paris.

JPEG

"Energy Observer est le premier navire hydrogène visant l’autonomie énergétique, sans émission de gaz à effet de serre ni particules fines. Cet ancien bateau de course de légende, a été reconditionné en navire du futur à propulsion électrique fonctionnant grâce à un mix d’énergies renouvelables et un système de production d’hydrogène décarbonée à partir de l’eau de mer".

En savoir plus :

PDF - 1.7 Mo
(PDF - 1.7 Mo)

publié le 24/09/2019

haut de la page