La France, la Russie et les Etats-Unis appellent à un cessez-le-feu au Haut-Karabakh

Déclaration conjointe des ministres des affaires étrangères français, russe et américain, co-présidents du Groupe de Minsk, appelant à un cessez-le-feu au Haut-Karabakh

5 octobre 2020

Le Ministre de l’Europe et des affaires étrangères de la République française, M. Jean-Yves Le Drian, le Ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, M. Sergueï Lavrov, et le Secrétaire d’État des États-Unis d’Amérique, M. Michael R. Pompeo, représentant les pays co-présidents du Groupe de Minsk de l’OSCE, condamnent avec la plus grande fermeté l’escalade de violence inédite et dangereuse survenue dans et en dehors de la zone de conflit du Haut-Karabakh.

Les Ministres soulignent sans aucune réserve que les attaques récentes qui auraient visé des installations civiles, tant le long de la ligne de contact que sur les territoires azerbaïdjanais et arménien hors de la zone de conflit du Haut-Karabakh, et que le caractère disproportionné de telles attaques constituent une menace inacceptable pour la stabilité de la région.

Rappelant la déclaration effectuée le 1er octobre dernier par les Chefs d’État des trois pays coprésidents du Groupe de Minsk de l’OSCE, les Ministres appellent une fois de plus les Parties au conflit à accepter un cessez-le-feu immédiat et sans conditions. Les pays co-présidents sont déterminés à remplir pleinement le mandat qui leur a été confié par l’OSCE et par la communauté internationale, avec la contribution des capitales des pays membres du Groupe de Minsk. À ce titre, ils continueront d’agir résolument pour faire avancer les efforts menés avec les Parties, et ils exhortent ces dernières à s’engager dès à présent à reprendre le processus de règlement en s’appuyant sur les principes fondamentaux applicables et sur les textes internationaux pertinents bien connus des deux parties.

Communiqué de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères

(Paris, 2 octobre 2020)

Je me suis entretenu successivement avec les ministres des affaires étrangères d’Arménie, M. Mnatsakanyan, et d’Azerbaïdjan, M. Bayramov, pour évoquer la crise majeure en cours dans le Haut-Karabakh depuis le 27 septembre. Ces entretiens se sont inscrits dans la continuité des nombreux échanges intervenus entre la France et ces deux pays depuis dimanche dernier, à tous les niveaux, notamment entre le président de la République, le Premier ministre Pachinian et le président Aliev.

Lors de ces entretiens, j’ai de nouveau exprimé la nécessité urgente de parvenir à une cessation des hostilités, sans délai et sans préconditions. Leur prolongation ne ferait qu’accroître le nombre de victimes, notamment civiles, les coûts matériels et humains supportés par les deux parties ainsi que la menace d’une escalade hors de contrôle entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. J’ai alerté mes interlocuteurs sur la menace que représenterait une internationalisation du conflit.

Dans l’esprit de la déclaration des présidents américain, français et russe du 1er octobre, j’ai souligné la détermination de la France, en tant que co-présidente du groupe de Minsk, à jouer tout son rôle, de manière impartiale, pour aboutir à la cessation des hostilités et à la reprise sans délai de négociations substantielles et sans préconditions, sous l’égide des co-présidents du groupe de Minsk de l’OSCE.

Enfin, j’ai remercié mes interlocuteurs pour leur contribution respective à l’évacuation sanitaire en cours des deux journalistes du Monde, blessés hier dans le Haut-Karabakh./.

Déclaration conjointe des présidents de la Fédération de Russie, des États-Unis d’Amérique et de la République française sur le Haut-Karabakh

(Paris, 1er octobre 2020)

Nous, Président de la Fédération de Russie, Président des États-Unis d’Amérique et Président de la République française, représentant les pays co-présidents du Groupe de Minsk de l’OSCE, condamnons dans les termes les plus fort s l’escalade de la violence récente sur la ligne de contact dans la zone de conflit du Haut-Karabakh.

Nous déplorons la perte de vies humaines et nous exprimons notre sympathie aux familles des victimes et des blessés.

Nous appelons à la cessation immédiate des hostilités entre les forces militaires concernées.

Nous appelons également les dirigeants de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan à s’engager sans délai à reprendre les négociations de fond, de bonne foi et sans conditions préalables, sous l’égide des co-présidents du Groupe de Minsk de l’OSCE./.

Haut-Karabakh – Déclaration de M. Emmanuel Macron, Président de la République, à son arrivée au Conseil européen

Bruxelles, 1 octobre 2020

Je voudrais avant toute chose avoir un mot de soutien pour les deux journalistes, le journaliste et le photographe du journal Le Monde qui ont été blessés il y a quelques heures dans le Haut-Karabakh sur le théâtre du conflit qui s’est déclenché depuis dimanche.

Je veux dire ici tout notre soutien à l’ensemble des journalistes du journal Le Monde et aux familles. Les journalistes sont blessés, depuis que nous le savons, le centre de crise du Quai d’Orsay est mobilisé, ainsi que l’ensemble de nos capacités pour pouvoir le plus rapidement possible organiser le rapatriement.

Un avion sanitaire est prêt à partir au moment où je vous parle, nous sommes en train de tout faire pour stabiliser les blessés sur place avant de permettre leur évacuation. Nous resterons évidemment mobilisés sur ce sujet avec les journalistes, nos équipes sur place, les équipes à Paris, le journal Le Monde et les familles.

Ceci me renvoie évidemment à la situation dans le Haut-Karabakh. Nous l’avons déjà dit, j’ai eu l’occasion de parler au Premier Ministre Pashinyan et au Président Aliyev, nous avons appelé à un cessez-le-feu. La situation est grave dans la région du Haut-Karabakh et nous restons pleinement mobilisés. J’ai pu hier soir échangé avec le Président Poutine sur ce sujet, et il y a quelques minutes, nous avons donc publié un communiqué conjoint, le président Trump, le président Poutine et moi-même en tant que trois co-présidents du Groupe de Minsk en charge du suivi de la situation dans le Nagorno-Karabakh.

Nous avons demandé un cessez-le-feu sans condition, en rappelant aussi à la raison toutes celles et ceux qui parfois poussent telle ou telle partie à aller au-delà du raisonnable.

Nous sommes aujourd’hui extrêmement préoccupés, j’ai une pensée évidemment pour les civils comme les militaires qui sont tombés et leurs familles et nous allons tout mettre en place pour arriver à une fin rapide des conflits d’une part, et reprendre le chemin d’un règlement pacifique de ce différend.

Je vais être très clair : dimanche, les frappes qui sont parties d’Azerbaïdjan, à nos connaissances, n’avaient pas de justification, et c’est ce que j’ai demandé au Président Aliyev. Je veux aussi être très clair : nous disposons d’informations, aujourd’hui, de manière certaine, qui indiquent que des combattants syriens ont quitté le théâtre d’opérations, des combattants de groupes djihadistes en transitant par Gaziantep pour rejoindre ce théâtre d’opérations du Haut-Karabakh. C’est un fait très grave, nouveau, qui change aussi la donne, et nous allons dans les prochaines heures, nous allons d’abord en parler ici au Conseil européen. Nous avons convenu avec le Président Trump et le Président Poutine de pouvoir échanger toutes les informations que nous avons sur cette situation et pouvoir en tirer toutes les conséquences. En tout cas, nous sommes mobilisés en tant que Groupe de Minsk, nous agirons pour un retour à la normale, un cessez-le-feu sans condition et un règlement de ce différend par la négociation et le droit.

Déclaration des Présidents de la fédération de Russie, des États-Unis d’Amérique et de la République française sur le Haut-Karabakh

1er octobre 2020

Nous, Président de la Fédération de Russie, Président des États-Unis d’Amérique et Président de la République française, représentant les pays co-présidents du Groupe de Minsk de l’OSCE, condamnons dans les termes les plus forts l’escalade de la violence récente sur la ligne de contact dans la zone de conflit du Haut-Karabakh.

Nous déplorons la perte de vies humaines et nous exprimons notre sympathie aux familles des victimes et des blessés.

Nous appelons à la cessation immédiate des hostilités entre les forces militaires concernées.

Nous appelons également les dirigeants de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan à s’engager sans délai à reprendre les négociations de fond, de bonne foi et sans conditions préalables, sous l’égide des co-présidents du Groupe de Minsk de l’OSCE./.

Situation dans le Haut-Karabakh - Déclaration de la porte-parole du ministère de l’Europe et des affaires étrangères

(Paris, 27 septembre 2020)

La France est vivement préoccupée par les affrontements d’ampleur en cours au Haut-Karabakh et les informations faisant état notamment de victimes parmi la population civile. Elle appelle à cesser immédiatement les hostilités et à reprendre le dialogue.

En sa qualité de coprésidente du groupe de Minsk, la France, avec ses partenaires russe et américain, réitère son engagement en vue de parvenir à un règlement négocié et durable du conflit du Haut-Karabakh, dans le respect du droit international./.

publié le 06/10/2020

haut de la page