Identification d’un nouveau mécanisme d’action de la tuberculose

Le Professeur Mike Barer, Université de Leicester, en collaboration avec le Dr Robert Wilkinson, du Wellcome Trust Centre for Clinical Tropical Medicine d’Imperial College London, a annoncé dans un article paru dans je journal Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America (PNAS), qu’il avait identifié les mécanismes moléculaires responsables d’une épidémie importante de tuberculose dans des écoles de la région de Leicester (Midlands) en 2001.

Parmi six lignées majeures de Mycobacterium tuberculosis connues pour être transmises de façon préférentielle au sein de groupes ethniques distincts, la lignée nommée CH avait été identifiée comme étant responsable de cette épidémie. De façon générale, la grande majorité des personnes infectées par Mycobacterium tuberculosis ne présente pas de symptôme. On estime qu’environ un tiers des individus de l’ensemble de la population est porteur de la bactérie et qu’environ une sur dix développera la tuberculose. Par comparaison, près d’un quart des personnes infectées par la lignée CH développent la maladie symptomatique.

JPEG - 7.6 ko
Radiographie antéropostérieure d’un patient diagnostiqué avec une tuberculose pulmonaire bilatérale avancée. L’image montre la présence de lésions pulmonaires (triangles blancs) et la formation de cavité (flèches noires)
ID# 2543 US Department of Health and Human Services
Source : http://phil.cdc.gov/phil/home.asp

L’étude menée a révélé qu’une délétion au sein du génome de cette lignée CH est responsable de changements dans la réponse du système immunitaire de l’hôte, et conduit à l’augmentation des risques de développement de la maladie symptomatique. Cette lignée particulière CH n’est, en revanche, pas plus infectieuse que les autres lignées. La séquence supprimée est fréquemment retrouvée chez les groupes ethniques d’Inde et d’Afrique de l’Est, groupes fortement représentés dans la population de Leicester.

Selon les résultats publiés, CH se développe moins rapidement que les lignées contrôles CDC1551 et H37Rv dans un milieu de culture standard. En revanche, leur capacité à se développer n’est pas altérée dans les macrophages humains dérivés de monocytes. Par ailleurs, la transcription et la sécrétion par ces derniers de la cytokine protectrice IL-12p40 est réduite alors que celle des cytokines anti-inflammatoires IL-10 et IL-6 est renforcée. Les auteurs suggèrent que la lignée CH de Mycobacterium tuberculosis compense une atténuation microbiologique en faussant la réponse innée vers la désactivation des macrophages. Enfin, l’étude a également montré que seule l’addition du gène Rv1519, mais aucun des neuf autres gènes absents dans ce segment, au sein du génome de CH permet d’inverser la capacité de cette lignée à induire la production de la cytokine anti-inflammatoire IL-10 par les macrophages. Selon les auteurs, il semblerait donc que le gène Rv1519 confère à la lignée CH un phénotype lui permettant d’éviter une première réponse immunitaire de l’hôte, contribuant ainsi à sa virulence et à l’augmentation des risques d’épidémie par celle-ci.

La tuberculose au Royaume-Uni

Selon les résultats publiés par la Health Protection Agency (HPA, Agence de protection de la santé) en mars 2006, l’incidence de la maladie est en légère mais régulière augmentation au Royaume-Uni. Plus de 7 000 cas avaient été enregistrés en 2004 pour les régions Angleterre, Pays de Galles et Irlande du Nord, représentant une augmentation de 5 % par rapport à 2003. Près de 44 % des cas sont enregistrés à Londres et la proportion de ceux retrouvés dans les groupes de populations nés en dehors du territoire britannique est passé de 63 % en 2000 à 70 % en 2004.

Le Chief Medical Officer’s National Tuberculosis Action Plan (le plan d’action contre la tuberculose mis en place par le Conseiller Médical en chef) inclut la promesse d’un système de surveillance de haute qualité visant à obtenir les information nécessaires à la fois aux plans local, régional, national et international pour prévenir et contrôler la tuberculose. Ce système s’appuiera sur un système informatique Internet au cours de la prochaine année financière.

Article rédigé par le docteur Claire Mouchot

Sources : Université de Leicester, Press release, 29/09/06, www.leicester.ac.uk ; Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA, PNAS, 17/10/06, Vol.103(42), pp15594-98

publié le 18/11/2008

haut de la page