Innovate 11

Le Technology Strategy Board (TSB, Conseil stratégique pour l’innovation) a organisé le 11 octobre 2011 la troisième édition de son événement annuel Innovate. Fort de 1200 participants en 2009, Innovate 11 a enregistré plus de 2400 entrées cette année. Le rôle du TSB, qui se veut l’agence de l’innovation britannique, est d’encourager l’innovation technologique dans les domaines qui offrent au Royaume-Uni le plus de perspectives pour stimuler sa croissance économique et sa productivité. Le TSB promeut, soutient et investit dans la recherche technologique, le développement et la commercialisation.

Evénement phare du TSB, Innovate 11 a rassemblé des intervenants prestigieux, dont Vince Cable, ministre des entreprises, de l’innovation et des compétences, David Willetts, secrétaire d’Etat aux universités et à la science, mais également Will Hutton, directeur du BIC (Big Innovation Centre, voir article dans ce numéro), Herman Hauser, fervent avocat des TIC (Technology Innovation Centre, centre d’innovation et de technologie), et bien d’autres.

Vince Cable a présenté en quelques exemples le mélange écclectique de talents d’artistes et d’ingénieurs, qui font la force de l’innovation britannique. Si le gouvernement est en train de finaliser sa nouvelle stratégie de recherche et d’innovation, Vince Cable a rappelé les engagements de celui-ci : promouvoir la recherche fondamentale, établir des droits de propriété intellectuelle de base et mettre à disposition les infrastructures nécessaires. Vince Cable s’est félicité d’un certain nombre d’investissements, au nombre desquels 15 M£ en 2012 pour la commercialisation de véhicules bas carbone, et 140 M£, sur la période 2011-17 pour le premier TIC sur les activités manufacturières à haute valeur ajoutée. Will Hutton a, quant à lui, analysé la situation avec un oeil plus critique, partant de la constatation que les biens du secteur bancaire ont plus que doublé en 20 ans et que celui-ci s’est enrichi de 5 fois l’équivalent du PNB en 2008, tandis que le secteur public a perdu 10.000 emplois au cours des trois derniers mois. Plus cynique encore, si les TIC se veulent calqués sur le modèle allemand des Fraunhofer Institutes, Will Hutton note que 3 à 5 Md£ par an sont investis dans ces centres, tandis que l’investissement en 2014 dans les TIC britanniques ne représentera que 5% de ce montant. La conclusion étant que les budgets consacrés à l’innovation ne sont, de loin, pas suffisants, et que si le Royaume-Uni entend se positionner sur la scène de l’innovation, il faut des investissements beaucoup plus conséquents et l’élaboration d’un véritable écosystème de l’innovation qui convienne et soit adapté à l’ensemble du pays et non juste à Londres. David Willetts a, quant à lui, pris part à un exercice de questions-réponses avec l’assemblée, mais aucune information nouvelle n’est à relever.

Parallèlement aux sessions plénières, qui se sont tenues tout au long de la journée, des conférences-ateliers de travail plus ciblés ont eu lieu, permettant d’aborder la thématique de l’innovation dans des domaines aussi variés que les transports, l’agriculture, la santé et le bien être, l’énergie, l’espace ou encore le design. Certaines conférences présentaient également les outils de l’innovation, au nombre desquels les KTN (knowledge transfer networks, réseaux de transfert de connaissances), les KTP (knowledge transfer partnerships, partenariats de transfert de connaissances) et la SBRI (Small Business Research Initiative, Initiative pour la recherche dans les petites entreprises). La SBRI a été relancée en 2009 par le BIS (Business Innovation and Skills, ministère des entreprises, de l’innovation et des compétences) afin d’utiliser les marchés publics pour stimuler l’innovation. Cette initiative permet de donner aux petites entreprises l’opportunité de développer des solutions innovantes en réponse aux besoins du gouvernement. Le SBRI fonctionne sur la base de compétitions, dans diverses disciplines, permettant aux entreprises sélectionnées de remporter des contrats de développement de court terme. Le Centre for Defence Enterprise (organe scientifique du ministère de la défense) présentait ses possibilités de financement dans le cadre de la SBRI, de même que le NC3Rs (National Council for the Replacement, Reduction and Refinement of Animals in research, le Conseil national pour la remplacement, la réduction et l’amélioration des conditions des animaux utilisés pour la recherche) présentait Crack It, son initiative SBRI (voir ce numéro : Crack-It : la nouvelle compétition du NC3Rs).

Evénement de réseautage par excellence, plus de 200 exposants étaient également présents à ce véritable salon de l’innovation, présentant leurs dernières innovations technologiques et/ou conceptuelles en matière de santé, habitat, énergie, automobile, technologies d’information et de communication.


Auteur : Dr Maggy Heinz

publié le 21/11/2011

haut de la page