JET ou l’énergie du soleil

Le Joint European Torus (JET) est le plus large outil de confinement magnétique existant aujourd’hui et représente une étape intermédiaire au projet ITER. Le service Enseignement Supérieur, Recherche et Innovation (ESRI) de l’Ambassade de France au Royaume-Uni fêtera en 2018 le dixième anniversaire de son partenariat avec le JET.

JPEG

(Photographie de l’intérieur du JET. © EFDA-JET)
___

Situé dans l’Oxfordshire (Royaume-Uni), le JET (Joint European Torus) est le plus large outil de confinement magnétique existant aujourd’hui ; en fonctionnement depuis janvier 1982, le JET représente l’étape intermédiaire qui mènera au projet ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor), en 2025, puis DEMO (DEMOnstration Power Station), en 2050. Il est hébergé par le Culham Centre for Fusion Energy (CCFE), administré par l’UKAEA (United Kingdom Atomic Energy Authority) et est géré par le consortium EUROfusion qui rassemble 26 pays membres européens, l’Ukraine et la Suisse ; ce qui représente 30 unités de recherche et environ 100 membres tiers.

Le JET accueille en moyenne 80-100 scientifiques de 37 nationalités différentes, parmi lesquels la France est le deuxième pays contributeur au Programme d’enseignement EUROfusion, qui a permis de former 205 doctorants entre 2012 et 2017.

Le service Enseignement Supérieur, Recherche et Innovation (ESRI) de l’Ambassade de France au Royaume-Uni fêtera en 2018 le dixième anniversaire de son partenariat avec le JET. Ce partenariat initié officiellement en 2008 vise à contribuer à la formation de la nouvelle génération d’ingénieurs et de physiciens dans le domaine de la fusion nucléaire. Un financement est apporté à environ 7 candidats par an, leur permettant de faciliter la logistique inhérente à leur stage de 4 à 6 mois au JET.

L’appel est annoncé en octobre et les candidats des universités ou des écoles d’ingénieurs sont sélectionnés et notifiés en décembre. Cet appel s’adresse aux étudiants de master ou de deuxième/troisième année d’écoles d’ingénieurs. Si l’excellence est un des critères de sélection, l’adéquation de l’étudiant avec le sujet de recherche est primordiale. A la fin du stage, un rapport est soumis à l’équipe et au maître de stage dans les établissements respectifs.

Depuis 2008, 70 étudiants ont bénéficié de l’aide financière de l’ambassade de France pour effectuer leur stage au JET, permettant de former les futurs physiciens qui travailleront à l’ITER (Cadarache, France).

Les personnes ayant participé à la visite du site en septembre 2017 sont notamment Jean Arlat, Stephanie Dos Santos et Ludovic Drouin (Service enseignement supérieur, recherche et innovation de l’Ambassade de France au Royaume-Uni), Cyril Pinel (service nucléaire de l’Ambassade), Ian Chapman (UKAEA) et Xavier Litaudon (EUROfusion).

Publié en octobre 2017

publié le 10/10/2018

haut de la page