La France agit de manière décisive sur l’offensive turque

Communiqué de presse de la présidence la République à l’issue de la réunion du Conseil de défense et de sécurité nationale

(Paris, 14 octobre 2019)

Le président de la République a réuni dimanche 13 octobre le Conseil de défense et de sécurité nationale pour faire le point de la situation dans le nord-est syrien.

Il a souligné que l’offensive unilatérale engagée par la Turquie comportait le risque d’entraîner des conséquences humanitaires dramatiques, une résurgence de Daech dans la région, et une déstabilisation durable du Nord-Est syrien. La France la condamne dans les termes les plus fermes.

Les décisions suivantes ont été actées :

- La France accentuera ses efforts diplomatiques, en étroite coordination avec ses partenaires de la coalition contre Daech, dans le cadre de l’Union européenne, de l’Otan et du Conseil de sécurité des Nations unies pour obtenir la cessation immédiate de l’offensive turque en cours.

- Des mesures seront prises dans les prochaines heures pour assurer la sécurité des personnels français militaires et civils présents dans la zone au titre de la coalition internationale contre Daech ou de l’action humanitaire.

- Un programme de réponse humanitaire d’urgence sera mis en oeuvre pour faire face aux besoins des populations du Nord-Est syrien.

La priorité absolue doit être d’empêcher la résurgence de Daech dans la région. Le risque d’évasion, en raison de l’offensive de la Turquie, des terroristes de Daech faits prisonniers, est pleinement pris en compte. Des mesures ont également été adoptées pour renforcer la sécurité du territoire national dans ce contexte./.

Propos du Président de la République sur l’offensive turque

(Lyon , 10 octobre 2019)

Je condamne avec la plus grande fermeté l’offensive militaire unilatérale qui est en cours en Syrie et j’appelle la Turquie à y mettre un terme le plus rapidement possible. Aujourd’hui, la Turquie est en train d’oublier que la priorité de la communauté internationale en Syrie est la lutte contre Daech et le terrorisme.

[La Turquie] est en train de faire courir un risque humanitaire à des millions de personnes. Ce risque, le risque d’aider Daech à reconstruire un califat et ce risque humanitaire, c’est la responsabilité, seule, que prend la Turquie devant le reste de la communauté internationale.

publié le 31/10/2019

haut de la page