> L’avenir de l’évaluation et du financement de la recherche au Royaume-Uni - fév 2007

En fin d’année 2006 dans une lettre ouverte à David Young, président du HEFCE (Higher Education Funding Council for England, Conseil de financement de l’enseignement supérieur), le Ministre de l’Education Alan Johnson a avancé les conclusions du gouvernement issues de la consultation nationale sur la réforme de l’exercice d’évaluation de la recherche (RAE, Research Assessment Exercise) et de son financement (voir Actualités de juin 2006).

La grande majorité des réponses à cette consultation ont indiqué le souhait de conserver, pour l’exercice 2008, les critères et les méthodes de travail originellement mis en place par les comités d’experts. En revanche, en ce qui concerne l’« après 2008 », le Ministre indique qu’il tire des réponses reçues deux messages clés : (i) maintien d’un système robuste d’assurance qualité étant à la base de l’attribution d’une partie des financements publics de recherche (appelés Quality Related, QR, c’est-à-dire fondés sur la qualité) pour l’exercice 2008 ; (ii) réduction significative du poids bureaucratique imposé par le RAE pour les exercices suivants.

Le Research Assessment Exercise (RAE)
En 2008-2009 aura lieu le sixième exercice d’évaluation de la recherche britannique - le Research Assessment Exercise (RAE) - institué en 1986 pour répartir les dotations de recherche des établissements d’enseignement supérieur (HEI, Higher Education Institute) sur la base de la qualité de la recherche effectuée, d’une part, et permettre le développement du personnel permanent et des infrastructures, d’autre part. Ces aides financières, dont le montant dépend également de l’importance de la charge d’enseignement, sont attribuées à chaque établissement sous forme d’une enveloppe unique, d’utilisation très libre, via les Higher Education Funding Councils (HEFC, un pour chacune des quatre régions du Royaume-Uni).

Les parties intéressées demandent explicitement que le RAE continue d’offrir un cadre de travail unique et commun au financement et à l’évaluation de la recherche de l’ensemble des disciplines. Ce cadre de travail devra inclure un large éventail d’indicateurs métriques, dont les trois plus importants sont : (i) les revenus de la recherche provenant de sources autres que les organismes de financement de l’enseignement supérieur (HEFC) ; (ii) les infrastructures de recherche ; (iii) la qualité de la recherche, qui devra rester au cœur même du système mis en place, quelles qu’en soient les modalités. Un exercice blanc « nouvelle formule » sera mené en 2009 et ses résultats comparés à ceux de l’exercice 2008 ; si les résultats sont positivement corrélés, la phase d’introduction de l’exercice « nouvelle formule » débutera au début de l’année universitaire 2010/11 dans les disciplines des sciences, technologies, sciences de l’ingénieur et médecine (STEM). En revanche, pour les mathématiques, les statistiques, les arts et les sciences humaines et sociales, l’utilisation des indicateurs bibliométriques ne reflétant pas correctement l’excellence de la recherche, l’évaluation des travaux par les pairs continuera d’être la norme, au moins à moyen terme.

Afin que cet exercice « nouvelle formule » soit mis en place dans les meilleures conditions, le ministre demande au HEFCE d’établir une liste d’indicateurs métriques pour septembre 2008. Par ailleurs, bien que l’évaluation et le financement de la recherche scientifique soient des activités dévoluées, le Ministre indique que les quatre régions britanniques (Angleterre, Pays de Galles, Ecosse et Irlande du Nord) souhaitent que la performance de la recherche reste une « marque » britannique. Le HEFCE est donc en charge de se mettre en contact avec les organismes de financement de l’enseignement supérieur des administrations dévoluées pour établir les critères les mieux adaptés.

Plus récemment, en janvier 2007, le budget du HEFCE pour l’année 2007/08 a été dévoilé dans une seconde lettre ouverte qui rappelle également les réformes importantes ayant été annoncées au cours de l’année 2006. Parmi ces réformes, notons l’expansion du co-financement des études par les employeurs et le soutien aux étudiants venant de milieux « non traditionnels » pour en faciliter l’accès à l’enseignement supérieur. Selon ses propres termes, « le Ministère de l’Education, en collaboration avec les institutions de l’enseignement supérieur, souhaite développer un modèle de co-financement des études avec les employeurs, accroître d’année en année le nombre de places pour étudiants co-financés dans le but d’introduire le principe d’un financement répondant aux demandes du marché ».

Les nouvelles universités ont réagi vivement à cette annonce et accusent le gouvernement britannique de favoriser la recherché par rapport à l’enseignement lors de l’attribution des financements pour 2007/08. En effet, la recherche bénéficiera d’une augmentation de 6,9% des financements contre une augmentation moins importante de 4,4% destinée à l’enseignement. Michael Driscoll, vice-chancelier de l’Université de Middlesex et président du CMU (Coalition of Modern Universities), s’inquiète de voir les frais d’inscription grimper alors même que l’intérêt du gouvernement pour l’enseignement supérieur semble se tarir. Il émet l’hypothèse que le gouvernement cherche à mettre en place un nouveau modèle de financement qui lui permettrait de se décharger de la responsabilité du financement de l’enseignement supérieur et de transférer celle-ci vers les individus et les employeurs. Toujours selon la CMU, aucune condition n’est associée à l’augmentation de budget pour la recherche alors qu’il en existe une pour l’augmentation de budget destinée à l’enseignement : les nouvelles universités devront recevoir 25 000 étudiants supplémentaires, et 5 000 d’entre eux devront être inscrits dans ce nouveau modèle de co-financement par les employeurs au cours des deux prochaines années.

Sources : Higher Education Funding Council for England, HEFCE, News, 06/12/06 & 12/01/07, www.hefce.ac.uk ; The Guardian, 16/01/07, http://education.guardian.co.uk

publié le 05/07/2007

haut de la page