La France reste attachée à l’intégrité et à l’unité de l’Espagne - Ministre

Espagne - Situation des dirigeants catalans en exil - Réponse de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, à une question au gouvernement à l’Assemblée nationale

(Paris, 15 octobre 2019)

Monsieur le Député,

Vous avez rappelé, il y a un instant, la décision du Tribunal suprême de Madrid de prononcer des peines substantielles à l’encontre de neuf responsables impliqués dans la tentative avortée de sécession de la Catalogne en octobre 2017. Vous avez rappelé l’importance de ces peines. Et par ailleurs, comme vous le savez, un nouveau mandat d’arrêt européen à l’encontre de l’ex-président catalan en fuite à Bruxelles, M. Puigdemont, a été émis par le juge espagnol sur la base également d’inculpation de sédition et de malversations.

Vous avez rappelé que ces décisions en justice ont suscité une forte émotion en Catalogne : blocage des routes, blocage de l’aéroport de Barcelone. Appelant au respect strict du verdict, le président du gouvernement espagnol, M. Pedro Sanchez, a marqué son souhait d’ouvrir un nouveau dialogue dans la continuité des gestes d’apaisement qu’il a déjà envoyés en direction de Barcelone, y compris un nouveau statut pour la Catalogne qui serait soumis au référendum régional.

En fonction de tout cela, la position de la France n’a pas varié, cela ne vous surprend pas. Nous sommes profondément attachés à l’intégrité de l’Espagne, à son unité ainsi qu’au strict respect de sa légalité constitutionnelle. Et c’est dans le cadre de la démocratie, de la souveraineté espagnole et de l’État de droit, que le sujet de la Catalogne doit être envisagé./.

publié le 16/10/2019

haut de la page