> La Royal Society of Chemistry lance un système de publication scientifique hybride - oct 2006

La Royal Society of Chemistry (RSC, la société savante britannique pour la chimie) a annoncé que les auteurs d’articles scientifiques publiés dans ses périodiques pourraient opter pour la diffusion libre de leurs travaux de recherche, contre le paiement d’une souscription. Cette nouvelle fait suite aux annonces similaires de l’American Chemical Society (ACS) et de l’éditeur John Wiley & Sons. Il semble bien que des motifs commerciaux soient à l’origine de la décision de la RSC qui, jusqu’à présent, s’était plutôt montrée opposée aux modèles d’open access. Selon Robert Parker, le responsable de l’édition au sein de la RSC, « [la RSC] doit se positionner de façon à être prête pour toute nouvelle source de revenu potentielle ou pour tout nouveau modèle financier ».

De même que pour l’ACS, le dispositif Open Science de la RSC offrira aux auteurs, dont les articles ont satisfait à l’évaluation par les pairs et sont acceptés pour publication, la possibilité de payer une souscription afin que leurs manuscrits soient disponibles librement. Open Science s’applique à tous les types d’article. Le coût s’élèverait à 1 000 livres (environ 1 500 euros) pour une communication, à 1 600 livres (environ 2 400 euros) pour un article et à 2 500 livres (environ 3 700 euros) pour un article de revue. Une réduction de 15 % s’appliquera aux frais payés par les auteurs qui seraient membres de la RSC ou d’une société savante propriétaire ou co-propriétaire du journal dans lequel ils publient, et à ceux dont les institutions de tutelle sont abonnées à certains journaux de la RSC.

Le mouvement vers l’open access a, quant à lui, largement eu lieu au Royaume-Uni dans le domaine de la biologie. Le Wellcome Trust, la première source non gouvernementale britannique de financements pour les sciences biomédicales, demande à tous les chercheurs qu’il finance de soumettre une copie électronique de leurs manuscrits finals à PubMed Central (PMC) ou à UK PubMed Central (UKPMC), ses sites Internet de publication en open access.

En ce qui concerne la chimie, le journal en ligne Chemistry Central a été lancé en septembre 2006 et publiera ses premiers articles en 2007. Il permettra à ses utilisateurs de consulter les journaux publiés dans le domaine de la chimie par, ou en coopération avec, BioMed Central. Ces journaux incluent en particulier Geochemical Transactions, le journal en ligne de la division géochimie de l’ACS, et le Beilstein Journal of Organic Chemistry publié par l’Institut Beilstein.
Oxford Journals, qui fait partie d’Oxford University Press (OUP), dispose également d’un modèle d’open access optionnel auquel participent 50 journaux. OUP estimerait que le niveau d’intérêt pour ce modèle dépend largement des disciplines : le succès le plus important est rencontré dans le domaine biomédical.


Sources : The Royal Society of Chemistry et Chemistry World, 2/10/06 et 3/10/06


Auteur : Dr Anne Prost

publié le 24/01/2007

haut de la page