La recherche agronomique attire de nouveaux fonds

1. Don de la fondation Bill and Melinda Gates

La fondation Bill and Melinda Gates a fait un don de 10 M$ à des scientifiques britanniques pour aider au développement d’organismes génétiquement modifiés. Ces scientifiques, basés au John Innes Centre (JIC) à Norwich, East Anglia, recevront donc plus de 6,4 M£ pour un programme d’une durée de 5 ans visant à créer des céréales transgéniques telles que le maïs et l’orge capables d’extraire l’azote de l’atmosphère, plutôt que de dépendre de l’azote présent dans les engrais à base d’ammoniaque.

La décision par la fondation d’investir dans une technologie que promet de révolutionner l’agriculture depuis plus de deux décennies ne suscite pas que de la sympathie. Dr Michael Antoniou, spécialiste de génétique moléculaire à la faculté de Médecine de King’s College London, juge que l’argent aurait pu être mieux utilisé dans des programmes de biotechnologies ayant déjà fait leurs preuves et dans le développement de pratique agricoles écologiques durables. Selon lui, ce sont ces dernières qui permettront de combattre de manière efficace les risques de sécurité alimentaire de la planète, et non les organismes génétiquement modifiés. Et d’ajouter, "les OGM n’ont pas tenu leurs promesses pour les agriculteurs ; ils ne font que générer des bénéfices [pour les sociétés productrices de graines transgéniques]". Par ailleurs, Pete Riley, Directeur de campagne pour le groupe GM Freeze, indique également que les agriculteurs à travers le monde commencent à réaliser que la révolution des OGM ne tient pas ses promesses. Il ajoute qu’aux Etats-Unis, la production n’a non seulement pas augmenté de manière significative, mais a même parfois diminué.

— 

Le fondateur de Microsoft et sa femme sont depuis 16 ans des donateurs majeurs dans le secteur du développement et de la santé au plan mondial, ayant donné plus de 26 Md£ via leur fondation la Bill and Melinda Gates. En juin dernier, par exemple, Melinda Gates était à Londres pour engager 560 M$ visant à l’amélioration des services de planification familiale dans les pays en voie de développement.

— 

Les critiques reposent en grande partie sur le fait que la fondation Gates investit également des sommes importantes dans la société Monsanto, l’un des plus gros producteurs de graines génétiquement modifiées au monde. Ce don est donc largement vu comme un bel exercice de relations publiques de la part du couple le plus riche du monde.

2. Accroissement des investissements publics

Trois instituts de recherche situés à Norwich dans l’Est de l’Angleterre, dont le JIC mentionné ci-dessus, recevront 90 M£ du Biotechnology and Biological Sciences Research Council (BBSRC, conseil pour la recherche en biotechnologie et sciences biologiques), via un investissement annoncé à la mi-juillet par le ministre pour les universités et la science David Willetts. Outre le JIC, le Rothamsted Research et les universités partenaires bénéficiaires chercheront à développer de nouvelles variétés de blés pour les agriculteurs.

L’objectif du financement, qui s’étalera sur une durée de cinq ans, est de maintenir l’excellence de la recherche britannique dans le domaine, d’aider à la croissance, de soutenir les emplois hautement qualifiés dans le domaine des biosciences, et d’aider à réduire les risques de sécurité alimentaire mondiale. Le professeur Mike Bevan, du JIC, se réjouit de cette injection de fonds qui permettra selon lui d’assurer la formation de plus de 400 chercheurs, et sans laquelle le Royaume-Uni aurait risqué de perdre sa compétitivité dans un avenir à moyen terme.

Cet investissement de 90 M£ fait partie d’un investissement plus large de 250 M£ annoncé par le gouvernement britannique dans le cadre de sa stratégie de croissance en haute technologie, qui inclut également le remplacement des énergies fossiles et l’amélioration des soins de santé.

— 

Le John Innes Centre est un centre d’excellence indépendant pour la recherche sur les plantes et la microbiologie. Les connaissances générées par la recherche fondamentales sont également appliquées dans la recherche visant à améliorer l’agriculture, l’environnement, la santé et le bien-être humains.

Parmi les résultats notables obtenus au cours des cent ans et plus de son existence ayant permis d’améliorer la société, notons par exemples : i) la découverte d’une séquence dans le génome du blé responsable de la stabilité de celui-ci, ii) la découverte des gènes responsables de la production d’antibiotiques dans les bactéries du sol streptomyces, ou encore iii) l’ingénierie de la plante dolic (une plante voisine du haricot et cultivée dans les régions tropicales) pour produire des anticorps contre les virus très contagieux et particulièrement létal pour les porcs en bas âge.

Sources :

- BBC News, 15/07/2012, http://www.bbc.co.uk/news/science-environment-18845282, et 24/05/2012, http://www.bbc.co.uk/news/uk-politics-18195210, http://www.bbc.co.uk/news/uk-england-18191741
- The Independent, 16/07/2012, http://www.independent.co.uk

Rédacteurs :

Claire Mouchot

publié le 06/12/2012

haut de la page