La stabilité du Liban dépend de la volonté d’écouter la voix de la population

Situation au Liban - Réponse de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, à une question au gouvernement à l’Assemblée nationale

Paris, 29 octobre 2019

Madame la Députée,

Le Liban traverse une crise très grave, depuis une quinzaine de jours avec des mobilisations massives de la population, des incidents, des tensions, une crise de confiance, dans un pays qui est déjà fragilisé par son environnement régional et les crises dont il essaie d’être autonome, et fragilisé aussi par une économie en grande fragilité.

Vous venez de le dire, et j’en informe l’Assemblée nationale, le Premier ministre Hariri vient de démissionner il y a quelques instants, ce qui rend la crise encore plus grave, d’une certaine manière.

Dans cette situation, la France a deux convictions : la première, c’est de tout faire et d’appeler les responsables libanais à tout faire pour garantir la stabilité des institutions et l’unité du Liban. C’est indispensable, c’est ce qui nous a permis, dans le passé, d’aider à cette restructuration de l’État libanais, en particulier grâce la conférence CEDRE que vous avez citée et que nous avons réunie, il y a quelques mois.

Ma deuxième conviction, la deuxième conviction de la France, c’est que la condition de la stabilité, c’est la volonté d’écouter la voix et la revendication de la population. Est-ce que les autorités politiques, les responsables politiques libanais, sont décidés à faire « Liban ensemble » ? Est-ce qu’ils font passer l’intérêt collectif du pays devant leurs propres intérêts particuliers ? C’est la question qui est posée par la décision du Premier ministre Hariri de se retirer.

Ce dont le Liban a besoin, c’est d’un engagement de l’ensemble des responsables politiques à s’interroger sur eux-mêmes et à faire en sorte qu’il y ait une réponse forte aux réformes, une réponse forte à la population, et la France est déterminée à les aider en ce sens./.

Point de presse de la porte-parole - Liban/Déclaration de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères

Paris, 31 octobre 2019

À la suite de la démission du Premier ministre Saad Hariri le 29 octobre, il est essentiel pour l’avenir du Liban que soit rapidement formé un gouvernement qui soit en mesure de conduire les réformes dont le pays a besoin.

Dans le contexte de crise économique, sociale et politique que traverse le Liban depuis plusieurs semaines, il revient à l’ensemble des responsables politiques libanais de faire prévaloir un esprit d’unité nationale et de responsabilité, pour garantir la stabilité, la sécurité et l’intérêt général du pays.

Dans cet esprit, tout doit être fait pour éviter les provocations et les violences et pour préserver le droit des citoyens à manifester pacifiquement.

Il est essentiel que l’ensemble des forces politiques facilitent, dès à présent, la formation d’un nouveau gouvernement qui soit en mesure de répondre aux aspirations légitimes exprimées par les Libanaises et les Libanais et de prendre les décisions indispensables au rétablissement économique du pays. La France, dans le cadre fixé par la conférence CEDRE, se tient prête à soutenir le Liban sur cette voie.

Dans ce moment crucial, la France, comme toujours, se tient aux côtés du peuple libanais.

publié le 31/10/2019

haut de la page