La syntaxe des nombres est indépendante de celle des mots

Selon le théorie de Noam Chomsky, Professeur de linguistique au « Massachussetts Institute of Technology », USA, le développement du langage chez l’être humain ne peut être expliqué en terme de sélection naturelle, mais dériverait davantage de propriétés physiques émergeantes associées à la structure spécifique du cerveau humain. L’évolution du langage représenterait à son tour la condition sine qua none à toute forme de pensée chez l’Homme.

Une équipe de scientifiques de l’Université de Sheffield vient de publier une étude contredisant cette théorie : l’observation de trois patients présentant des lésions cérébrales sévères des aires du langage suggère que les aptitudes et les difficultés de la pratique du langage sont indépendantes des aptitudes et difficultés de la pratique de la syntaxe mathématique. Ces patients souffraient d’aphasies sévères les empêchant de comprendre ou émettre toute forme de langage grammaticalement correct. L’étude avait pour but de tester ces patients avec un ensemble de problèmes mathématiques nécessitant des procédures informatiquement équivalentes aux opérations grammaticales linguistiques qu’ils ne pouvaient résoudre. Les trois patients démontraient une capacité à résoudre les problèmes de syntaxe mathématique malgré l’incapacité à comprendre les problèmes de langages écrit ou parlé : s’ils ne pouvaient distinguer entre « le garçon poursuit la fille » et « la fille poursuit le garçon », ils étaient capable de distinguer et calculer « 52-11 » ou « 11-52 ».

Rosemary Varley, principal investigateur de l’étude, estime que les résultats font voler en éclats les théories qui proposent que la compréhension de la syntaxe grammaticale est nécessaire pour l’évolution et la compréhension de la syntaxe mathématique. Cette étude démontre que le raisonnement mathématique et le langage sont fonctionnellement et neuroanatomiquement indépendants chez l’Homme adulte. Selon le psychologue Brian Butterworth de l’« University College London », les enfants en bas âges font des maths bien avant de savoir parler, démontrant également que la syntaxe des nombres est distincte de celle du langage.

Source : Newscientist, 07/03/05, www.newscientist.com, Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, PNAS, 01/03/05,Vol.102(9), pp3177-78, http://intl.pnas.org/

publié le 18/11/2008

haut de la page