Lancement du projet Spartan à Leicester pour la formation en sciences de l’espace

Un financement de l’Union Européenne d’un montant de 1,6 million d’euros va soutenir la création du projet SPARTAN au sein de l’université de Leicester. Dans le cadre du programme Marie Curie du 6ème Programme Cadre de Recherche et de Développement (PCRD), le projet vise à créer un Centre d’Excellence dans la formation des jeunes chercheurs dans le domaine des sciences de l’espace, des planètes et de l’astrophysique (d’où SPA pour « Space, Planetary and Astrophysical sciences ») au sein du département de physique et d’astronomie de l’université. Le « Space Research Centre » (SRC) de ce dernier participe à de nombreux projets internationaux parmi lesquels on peut citer le développement de la caméra rayons X pour la mission SWIFT (étude des bouffées de rayons gamma) ou de l’instrument MIRI pour le télescope spatial James Webb. Les scientifiques du SRC, qui ont déjà collaboré au projet Beagle, fourniront des instruments pour la mission Bepi-Colombo (mission de l’ESA vers Mercure) et s’attendent à jouer un rôle central dans le futur programme Aurora de l’Agence Spatiale Européenne (ESA).

Les principaux objectifs de Spartan seront de :

• proposer une formation générale de troisième cycle dans le domaine de la recherche spatiale qui expose les étudiants aux différentes disciplines et compétences de la recherche. Cette formation débouchera sur une qualification reconnue (Master ou doctorat) ;

• permettre l’accès d’étudiants non britanniques à une formation générale dispensée dans un centre de recherche spatiale de classe internationale ;

• développer un réseau de formation en collaboration, à travers des séjours d’étudiants financés par le centre dans d’autres institutions européennes et à travers l’accueil d’étudiants issus de ces mêmes institutions et financés par leur gouvernement ;

• fournir un environnement de formation flexible que les jeunes chercheurs puissent adapter à leurs besoins propres, en accord avec le système d’éducation de leur pays d’origine ;

• inclure dans le programme de recherche des éléments clés correspondant aux centres d’intérêt de Leicester, en particulier les science et technologie spatiales, l’observation terrestre et l’astrophysique.

Un des points clés du programme est l’encouragement à la création d’un réseau européen d’institutions collaborant pour la formation des jeunes chercheurs. Des échanges de jeunes chercheurs de courte durée (3 à 6 mois) entre institutions contribueraient à atteindre cet objectif. L’université de Leicester a publié une liste des 28 institutions européennes (incluant Israël) susceptibles de collaborer au sein de ce réseau ; même si cette liste n’est pas exclusive, la France n’y figure pas particulièrement en force avec seulement deux institutions, l’École Normale Supérieure de Lyon et l’Observatoire de Paris, Meudon. En comparaison, huit institutions allemandes, quatre espagnoles et quatre italiennes sont mentionnées. Toutefois, l’université de Leicester précise que d’autres groupes pourront être ajoutés ultérieurement.

Sources : Université de Leicester, 31/08/05, www.le.ac.uk ; Spartan, www.le.ac.uk/physics/SPARTAN.pdf


Auteur : Dr Anne Prost

publié le 09/07/2008

haut de la page