Le DECC lance une carte de la densité thermique de l’Angleterre

Le Department of Energy and Climate Change (Ministère de l’énergie et du changement climatique) a récemment lancé une carte interactive de la demande thermique de l’Angleterre (en kWh/m2) pour les 388 autorités locales, en utilisant le support cartographique de Google Maps : la National Heat Map. L’utilisateur peut ainsi zoomer à différentes échelles, du niveau du pays tout entier qui fait ressortir les principaux centres de production de chaleur (zones urbaines, zones industrielles), jusqu’au niveau de la rue, détaillant la densité thermique pour chaque groupe de bâtiments. L’utilisateur peut également choisir différents filtres (densité thermique des bâtiments publics, densité thermique commerciale, celle résidentielle, ou encore industrielle), mais aussi rajouter la localisation des centrales électriques thermiques ainsi que celle des unités de cogénération (avec des détails comme l’exploitant, la capacité, le type de technologie et l’année de mise en service).

Cette carte, qui a été établie par The Centre for Sustainable Energy, n’utilise pas de données directement mesurées au niveau des particuliers ou leurs factures énergétiques (ce qui aurait posé d’importants problèmes de publication de données personnelles). Elle repose sur un ensemble de bases de données publiques détaillées et sur la modélisation de la demande en chaleur pour chaque adresse à partir de données de consommation d’énergie au niveau régional associées aux données démographiques et sociales disponibles au niveau local (ces modélisations tiennent également compte des déperditions thermiques, de l’efficacité des bâtiments grâce à la connaissance du type de construction dans la zone considérée et des pertes moyennes pour un tel bâtiment). L’ensemble de ces modélisations locales sont ensuite agrégées pour obtenir la carte nationale.

JPEG

National Heat Map |
Crédits : Google Maps

L’objectif de cette carte est de permettre l’identification de zones où la mise en place d’unités communautarisées ou de réseaux locaux de chauffage et de cogénération pourraient être les plus efficaces et économiques. Cette carte est avant tout un outil destiné à prioriser les zones qui devront faire l’objet d’études plus poussées. Une démarche que les autorités locales cherchent à développer depuis un certain temps, pour favoriser le déploiement de réseaux de chauffage locaux, mais qui reste très chère si chaque autorité locale met en place sa propre carte. Au contraire, en attaquant le problème au niveau national, d’importantes économies peuvent être faites et le niveau de détail permet toujours une exploitation locale.

La National Heat Map a donc été conçue pour encourager le développement du chauffage communautaire, de la cogénération, ou encore de l’utilisation de la production du surplus de chaleur des industries ou centrales électriques pour chauffer les communautés locales, afin de contribuer à réduire les émissions de carbone liées au chauffage. En effet, 46% de l’énergie finale consommée au Royaume-Uni est destinée au chauffage (surtout résidentiel), ce qui représente 33 Md£ annuellement, principalement par l’utilisation du gaz (80%). Or, pour respecter son engagement très ambitieux de réduire de 80% les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050, les habitations britanniques devront atteindre un niveau d’efficacité très élevé (virtuellement zéro émissions) d’ici moins de quarante ans.

L’amélioration de l’efficacité énergétique est donc une priorité du gouvernement, qui l’a de nouveau souligné dans sa récente Heat Strategy , et qui est au coeur du Green Deal dont la mise en place devrait se faire à partir d’octobre 2012. Ce dernier regroupe un ensemble de mesures destinées à soutenir les investissements privés dans l’amélioration de l’efficacité énergétique des résidences particulières et des entreprises : double vitrage, isolation thermique, pompes à chaleur... Cela passera notamment par des prêts à très faible taux d’intérêt, qui seraient passés d’occupant à occupant d’un bâtiment donné jusqu’à son remboursement, avec une garantie que le coût du remboursement sera inférieur aux économies réalisées sur la facture énergétique grâce aux travaux entrepris. Le gouvernement cherche ainsi à toucher plusieurs millions de bâtiments au cours de la prochaine décennie.

La mise en place de la National Heat Map, est partie intégrante du nouveau DECC’s Community Energy Online Portal (http://ceo.decc.gov.uk/), une plateforme destinée à la fois à l’information du public mais également à fournir des renseignements pratiques pour tous ceux qui cherchent à améliorer l’efficacité énergétique des communautés locales.


Sources :
- DECC, National Heat Map, http://ceo.decc.gov.uk/nationalheatmap/#
- DECC, Community Energy Online Portal, http://ceo.decc.gov.uk/
- DECC, Heat Strategy, 31/03/2012 http://redirectix.bulletins-electroniques.com/IW7hi
- Centre for Sustainable Energy, The National Energy Map, http://www.cse.org.uk/projects/view/1183


Auteur : Olivier Gloaguen

publié le 30/08/2012

haut de la page