Le Web 2.0 et les universités au Royaume-Uni

En 15 ans, le Web est passé d’un outil de travail du CERN à un espace d’information mondial avec des millions d’utilisateurs. Fin 2006, le Time Magazine a élu personne de l’année « VOUS ». La couverture de ce numéro représentait un ordinateur dont l’écran reflétait le visage de son utilisateur. En effet, le Web est désormais entré dans une phase participative, fondée sur la contribution de tous.

Des outils comme les blogs, les Wikis et les applications en ligne ont donné naissance à cette nouvelle génération du Web que Dale Dougherty, vice président de O’Reilly Media, a appelée « Web 2.0 ». Ce concept reste assez flou car il ne représente ni un standard ni une technologie précise. Cependant, il existe un dénominateur commun à tous ces sites : l’utilisateur est au centre et le contenu est le fruit de la collaboration des internautes.

L’adoption massive de ces outils par les étudiants britanniques a incité les universités du Royaume-Uni à s’intéresser à ces évolutions. De nombreux rapports ont été publiés précisant les actions à mettre en place afin de les intégrer. Dans les deux premières parties, nous rappellerons quels sont les principaux outils du Web 2.0, puis nous donnerons, dans la troisième partie, des exemples d’utilisation et des retours d’expériences d’universités britanniques.

Au sommaire de ce document :

1. Qu’est ce que le Web 2.0 ?

2. Les services du Web 2.0 et l’éducation
2.1. Les blogs
2.2. Les Wikis
2.3. La syndication de contenu : les flux RSS
2.4. Le partage multimédia et le podcast
2.5. Les réseaux sociaux
2.6. Le partage des signets
2.7. Les applications en ligne
2.8. Les autres services du Web 2.0

3. Utilisation du Web 2.0 dans les universités britanniques
3.1. Une nouvelle population d’étudiants
3.2. Etude comparative de trois universités : Leeds, Warwick et Brighton
3.3. La stratégie Web 2.0 de l’Université d’Edimbourg


Téléchargez gratuitement ce rapport au format PDF :
http://www.bulletins-electroniques.com/rapports/smm08_016.htm

Dossier rédigé par M. Abdelkader HADJ SADOK.

publié le 03/06/2008

haut de la page