Nouvel accord Franco-Britannique dans le domaine des missiles

Laurent Collet-Billon, Délégué général pour l’armement, et son homologue britannique, la ministre pour les acquisitions de Défense Harriett Baldwin, ont signé le 28 mars 2017 à Londres un accord relatif à l’étude de futures technologies de missiles menée par MBDA.

Signé à l’occasion de la visite de M. Collet-Billon au ministère de la Défense britannique, l’accord déclenche une phase de trois ans d’études préparatoires pour le développement des futurs missiles longue portée qui équiperont les Marines et les Armées de l’air françaises et britanniques. Chaque Nation contribuera à cette étude à hauteur de 50 millions d’euros.

Le programme FMAN/FMC (Futur Missile Antinavires / Futur missile de croisière) permettra d’étudier les options pour remplacer et améliorer les systèmes de missiles employés par la Marine et l’Armée de l’air au cours de la prochaine décennie. D’une durée pouvant aller jusqu’à trois ans, ces travaux aideront à définir les architectures missile et réduire les risques afin d’étayer les décisions concernant le lancement de la phase suivante du programme. Au-delà du partage des coûts, les deux Nations profiteront d’un accès réciproque à leur expertise technologique ainsi qu’à leurs moyens d’essais et de tests.

« Nous lançons aujourd’hui une nouvelle étape majeure dans notre coopération bilatérale, en préparant ensemble une famille de missiles successeur des missiles Exocet, Harpoon, SCALP et Storm Shadow. Le programme FMAN/FMC (Futur Missile Antinavires / Futur missile de croisière) a pour objectif de disposer d’une nouvelle génération commune de missiles à l’horizon des années 2030, » a déclaré Laurent Collet-Billon après avoir apposé son paraphe. « Cette future capacité est stratégique, aussi bien industriellement qu’opérationnellement. Ce nouveau programme sera structurant pour notre initiative One Complex Weapon », a-t-il ajouté. La ministre pour les acquisitions de Défense, Harriett Baldwin, a quant à elle souligné que « notre relation avec la France demeure forte et constante. Nous partageons avec notre allié européen une coopération de longue durée dans le domaine de la défense et de la sécurité. Le fait que nous ayons le budget de Défense le plus élevé en Europe en est la preuve, le Royaume-Uni est engagé au profit de la sécurité européenne et nous continuerons à coopérer sur des programmes communs de défense avec nos partenaires du continent. L’accord signé aujourd’hui permettra le maintien de 80 emplois au Royaume-Uni. »

Cet accord est un exemple supplémentaire du travail commun mené sous l’égide du traité de Lancaster House de 2010 et s’appuie sur des besoins capacitaires et des plannings de livraison analogues entre la France et le Royaume-Uni. Il fournira des gains d’efficacité et contribuera à optimiser la dépense publique. En marge du Sommet d’Amiens le 3 mars 2016, les ministres de la Défense français et britannique avaient formellement confirmé leur intention de lancer sous 12 mois ce programme. La signature de cet accord, qui autorise la notification du contrat à MBDA par la Direction générale de l’armement, démontre le dynamisme de la coopération stratégique entre la France et le Royaume-Uni.

La coopération franco-britannique couvre déjà un large spectre au-delà du programme FMAN/FMC : la recherche, avec le partenariat sur l’innovation et les technologies missiles (MCM-ITP), l’alignement de nos feuilles de route capacitaires, ou encore le développement et la production, avec l’ANL et le programme de rénovation à mi-vie du SCALP/Storm Shadow. Ce nouveau programme vient consolider la stratégie de rationalisation industrielle menée par MBDA qui s’appuie sur la création de leurs Centres d’excellence.

publié le 29/03/2017

haut de la page