Ouverture du National Composites Centre

Cet automne est devenu opérationnel le National Composites Centre (NCC, Centre National pour les Composites) situé au sein du Bristol and Bath Science Park. Le bâtiment de 8500 m2 l’abritant a, quant à lui, été ouvert fin août. Ce laboratoire de recherche appliquée qui dépend de l’Université de Bristol, est un composant du premier Technology and Innovation Centre (TIC, Centre pour la Technologie et l’Innovation) dédié à l’industrie à haute valeur ajoutée (High Value Manufacturing) [voir note en bas d’article], dont l’ouverture a été annoncée le 11 octobre.

Matériaux composites, clef de la compétitivité future de l’industrie à haute valeur ajoutée

Un matériau composite est l’assemblage d’au moins deux matériaux différents qui ne se mélangent pas, mais qui possèdent une forte capacité à se lier. Un tel matériau est formé d’une matrice (résine, verre, plastique...) renforcée par un second élément (généralement des fibres : verre, carbone...) et présente des propriétés que les éléments pris seuls n’ont pas. Le bois, composé d’une matrice de lignine associée à des fibres de cellulose est un exemple parfait d’un composite naturel, tandis que les raquettes de tennis de compétition, de plus en plus souvent constituées d’une matrice en résine renforcée de fibres de carbone sont des produits composites artificiels. Ces matériaux possèdent des propriétés de légèreté, rigidité ou encore de résistance mécanique, très recherchées pour de nombreuses applications industrielles et particulièrement à haute valeur ajoutée. Ils entrent, par exemple, dans la fabrication d’ailes d’avions et de pales d’éoliennes de grande taille, ou encore sont utilisés pour accroître la légèreté et donc la sobriété énergétique des voitures.

Conscient de l’importance, pour la compétitivité future de l’industrie britannique à haute valeur ajoutée, de développer des matériaux composites innovants, le Department for Business, Innovation and Skills (BIS, ministère pour les entreprises, l’innovation et les compétences) avait publié en novembre 2009 le UK Composites Strategy. En réponse, il a été décidé l’établissement d’un centre national dédié aux matériaux composites qui soit accessible aux entreprises, afin de faciliter l’innovation et le développement de nouveaux processus de fabrication puis leur diffusion auprès des industriels.

Très rapidement, l’Université de Bristol a été sélectionnée pour accueillir ce centre et six entreprises intéressées par le développement de nouveaux matériaux composites (GKN Aerospace, Airbus, AgustaWestland, Rolls-Royce, Vestas et Umeco PLC) se sont jointes au projet. Les travaux ont débuté en août 2010. L’investissement de 25 M£ nécessaire à la création du centre provient principalement du BIS (12 M£), complété par la South West Regional Development Agency (4 M£) et le European Research Development Fund (ERDF) avec 9 M£.

Regrouper universités et industries

Le NCC ambitionne de regrouper les universitaires et les entreprises afin de favoriser le développement de nouvelles technologies nécessaires à la conception et à la fabrication rapide de produits de haute qualité contenant des matériaux composites, et ainsi accélérer la transition des innovations en produits commercialisables. Il se positionne donc à l’interface entre la recherche pure et la recherche appliquée, dans une optique de commercialisation de l’innovation (voir Fig. 1). Ainsi le centre affiche pour vocation de :
- devenir le coeur de l’effort britannique de développement et de mise en place de nouvelles technologies d’industrialisation rapide de matériaux et systèmes composites ;
- fournir des infrastructures de fabrication à une échelle industrielle et des procédés de fabrication rapide capables d’aider les entreprises dans le développement de leurs prototypes et la validation de leurs concepts ;
- diriger et coordonner un réseau régional de centres d’excellence dans le domaine des composites ;
- fournir des directions et des objectifs pour la recherche (en particulier en fonction des retours des besoins des industriels) et la collaboration avec les universités britanniques ;
- aider au développement et à l’harmonisation des formations afin de développer le savoir-faire nécessaire à l’application des technologies composites spécialisées et avancées.

GIF
Figure 1 : Action du NCC
Crédits : SST, à partir de www.nationalcompositescentre.co.uk/

Les programmes de recherche qui seront mis en place au sein du NCC se focaliseront sur le développement des matériaux, les procédés de fabrication rapides et à haut rendement, les technologies de préformage, ainsi que sur les questions de conception et les problématiques de gestion des produits en fin de vie (incluant l’aspect environnemental). Le NCC fournira des garanties en matière de gestion de la propriété intellectuelle ainsi que des installations sécurisées afin de protéger les travaux des chercheurs et des entreprises. A terme, la vocation du centre est de rassembler des ingénieurs et chercheurs spécialistes de disciplines variées (concepteurs, spécialistes des efforts, des structures, des matériaux, ou encore des procédés de fabrication et des coûts).

Le système d’adhésion des entreprises aux programmes de recherche du NCC a été défini de manière a être suffisamment flexible pour permettre à toutes les industries (des PME aux leaders du marché) intéressées par les matériaux composites de collaborer, que ce soit pour développer de nouvelles technologies, découvrir de nouveaux matériaux et outils, ou encore concevoir des procédés de fabrication à l’échelle industrielle.

NCC, au sein du réseau des Technology and Innovation Centres

La mise en place relativement rapide (moins de deux ans entre la publication de la stratégie par un ministre travailliste et l’ouverture du centre sous le gouvernement de coalition conservateur-libéraux démocrates) souligne bien l’importance que les gouvernements britanniques successifs accordent à la recherche et aux innovations technologiques capables de renforcer la compétitivité et l’attractivité de l’industrie du Royaume-Uni sur le marché de la haute valeur ajoutée.

Le positionnement de ce centre, à mi-chemin entre la recherche universitaire et les industriels et rassemblant les différents acteurs intéressés par les matériaux composites, est très intéressant. En effet, il peut permettre de s’affranchir de certaines barrières qui nuisent à l’établissement d’un secteur britannique des composites fort et innovant (telles que la fragmentation du secteur industriel des composites et donc leurs difficultés à faire entendre des universitaires leurs besoins en termes de recherche, ou encore les difficultés pour les petites entreprises innovantes d’accéder à des équipements et infrastructures nécessaires pour développer de nouveaux produits). Enfin, l’insertion de ce centre au sein du réseau TIC dédié à l’industrie à haute valeur ajoutée peut contribuer au développement d’interactions entre différents secteurs industriels susceptibles de favoriser l’émergence de collaborations multidisciplinaires bien souvent propices à l’innovation.

— 

Les Technology and Innovation Centres (TIC, Centres pour la Technologie et l’Innovation) ont été lancés par le ministre pour les Entreprises, l’Innovation et les Compétences (BIS) en octobre 2010. Le gouvernement a décidé d’investir 200 M£ dans un réseau de centres de technologie et d’innovation d’élite destinés à aider la commercialisation des innovations issues des laboratoires de recherche britanniques et ainsi contribuer à réduire l’écart entre les universités et les entreprises.

Le premier de ces TIC a été mis en place en mars 2011 et se concentre sur l’activité manufacturière à forte valeur ajoutée (High Value Manufacturing), avec l’objectif de s’appuyer sur la recherche universitaire pour accélérer la commercialisation de nouvelles technologies émergentes de fabrication. Au sein de ce TIC, sept centres sont prévus : Advanced Manufacturing Research Centre (Rotherham), Nuclear Advanced Manufacturing Research Centre (Rotherham), Manufacturing Technology Centre (Coventry), Advanced Forming Research Centre (University of Strathclyde), National Composites Centre (University of Bristol) et Centre for Process Innovation (Wilton & Sedgefield). Ces centres sont établis et supervisés par le Technology Strategy Board (TSB, Conseil stratégique pour l’innovation). Pour plus d’information, voir http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/66178.htm et http://redirectix.bulletins-electroniques.com/yQfom


Sources :
- Université de Bristol, 13/08/2011, www.bris.ac.uk/news/2011/7767.html
- Site du National Composites Centre, www.nationalcompositescentre.co.uk/
- BIS, 17/03/2011, http://redirectix.bulletins-electroniques.com/Ki8Se
- NCC, 14/09/2011, http://bit.ly/u25oAq


Auteur : Olivier Gloaguen

publié le 21/11/2011

haut de la page