Remise de la Légion d’honneur à des vétérans britanniques

Remise de la Légion d’Honneur

JPEG

Ce vendredi 9 novembre, l’Ambassadeur Jean-Pierre Jouyet a décoré de la Légion d’Honneur cinq vétérans britannique pour leur rôle dans la libération de la France pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Au cours d’une cérémonie qui s’est tenue à la Résidence de France, l’Ambassadeur Jean-Pierre Jouyet a souligné l’importance que représente le fait de « recevoir la Légion d’Honneur. Cette distinction souligne les sacrifices que des individus exceptionnels ont faits pour la France. Il est de notre devoir de se souvenir et d’honorer les actions de ses hommes et femmes courageux qui ont participé à notre libération durant la Seconde Guerre Mondiale ».

Parmi les vétérans décorés aujourd’hui se trouvaient :

Ruth Bourne, âgée de 92 ans, décorée pour son travail au sein de l’équipe d’Alan Turing qui a réussi à déchiffrer le code allemand Enigma. Originaire de Birmingham, elle a travaillé à la base de Bletchey Park pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Alfred Hicks, âgé de 93 ans, décoré pour ses services en tant que sergent et cameraman dans l’unité cinématographique de la Royal Air Force. M. Hicks a débarqué à Sword Beach le Jour J et filmé le débarquement. Il a ensuite été déployé dans la périphérie de Caen.

Thomas Stonehouse, âgé de 92 ans, décoré pour ses services en tant que soldat dans le deuxième régiment d’Essex. M. Stonehouse a débarqué à Gold Beach le Jour J, a combattu à Bayeux le jour suivant puis a été déployé pour la bataille de Caen. Il est ensuite entré en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne.

Joseph Randall, âgé de 95 ans, décoré pour ses services en tant que caporal dans l’escadron 5022 de la Royal Air Force, en charge de la construction des infrastructures aériennes.

Albert Avann, âgé de 93 ans, décoré pour ses services comme sergent de la Royal Air Force. M. Avann a mené plusieurs missions aériennes en juin 1944, attaquant des cibles majeures en France, dont Le Havre et Calais.

Ne pouvant être présente à cette cérémonie, Jean Barker, Baronne Trumpington, âgée de 96 ans, a été décorée par l’Ambassadeur le 6 novembre. Elle a travaillé à la base de Bletchey Park au sein de l’unité de renseignement de déchiffrage de la marine. Elle a notamment aidé à déchiffrer les codes de communication de la marine allemande, aux côtés du légendaire mathématicien Alan Turing. Une dernière personne, Sœur Pamela Hussey, âgée de 96 ans, sera décorée fin novembre. Elle a servi au sein de l’unité spéciale de télégraphie sans fil, à la base militaire de Scarborough. Au cours de son travail, elle a intercepté, écouté et traduit des communications ennemies en morse avant de les transmettre à la base de Bletchey Park pour qu’elles soient déchiffrées.

Ces décorations s’inscrivent dans la continuité de nombreuses autres qui ont eu lieu au Royaume-Uni depuis le soixante-dixième anniversaire du Jour J en Juin 2014. Le Président de la République François Hollande avait alors promis de décorer tous les vétérans britanniques ayant participé au débarquement. La France a jusqu’à maintenant eu l’honneur de décorer plus de 5500 vétérans à travers tout le pays.

Vous trouverez ci-dessous le discours de l’Ambassadeur lors de la cérémonie du 9 novembre :

Monsieur le Ministre,

Messieurs les députés,

Messieurs les conseillers et délégués consulaires,

Mesdames et messieurs,

C’est un très grand honneur pour moi de vous recevoir aujourd’hui à la Résidence de France pour exprimer toute la reconnaissance et la gratitude de notre pays à des soldats qui ont contribué à libérer la France lors de la Seconde Guerre Mondiale.

Alors que l’Europe était en proie à la domination d’une effroyable dictature, la France a pu compter sur le soutien de son plus proche partenaire dès les premières heures de la guerre.

L’attachement au droit et aux principes démocratiques qui structurent nos sociétés ont été les moteurs d’un combat commun pour la Liberté. Le Royaume-Uni n’a pas compté ses efforts et les sacrifices dans ce conflit, notamment lors du débarquement allié sur les plages de Normandie. Les héritiers de Guillaume le Conquérant ont alors rejoint le continent en se lançant à la conquête de leur région d’origine, non pour l’occuper mais pour la libérer.

Le Normand que je suis reste très sensible à ce courage extraordinaire dont vous avez fait preuve en traversant la Manche par mauvaise météo et en vous lançant contre les défenses allemandes qu’il fallait dépasser. La peur du choc terrible, la mitraille, les bombardements qui se produisent électrisent l’atmosphère et la tension est à son comble. Les combats qui s’engagent ensuite dans le bocage sont âpres. La rudesse des contacts provoquent beaucoup de blessés. L’action des sapeurs est primordiale tant pour dégager les obstacles, les pièges que pour appuyer le franchissement des cours d’eau dont les ponts ont été détruits. Dans les airs, les missions d’appui menées par les bombardiers alliés sont tout aussi risquées car les défenses anti-aériennes établissent des barrages de feu d’une violence inouïe. Les équipages d’avions poursuivent leurs missions malgré le danger. Certains, malheureusement sont touchés et s’abîment en mer à l’image de celui qui git par quinze mètres de fond à l’ouest de l’île de Cézembre au large de Saint Malo. Vous avez, messieurs, traversé toutes ces épreuves avec abnégation au péril de votre vie. La France vous est redevable.

Cependant, le fracas des combats, aussi bruyant et assourdissant soit-il, ne doit pas éclipser les actions de l’ombre dont l’importance est assurément aussi importante que les confrontations armées. Dans l’insouciance de leur jeunesse mais aussi dans la gravité d’un moment terrible, beaucoup de jeunes femmes rejoignent le Women Royal Navy’s Service, s’engageant alors dans les rangs des combattants de l’ombre.

Les considérables efforts produits par le Royaume-Uni pour percer les secrets de la machine de chiffrement allemande « ENIGMA » sont aujourd’hui considérés comme l’un des succès majeurs des Britanniques pendant la Seconde Guerre mondiale. C’est à Bletchley Park, à 80 kilomètres au Nord de Londres, au Government Code and Cypher School - ancêtre du GCHQ actuel - qu’est né ce succès.

Cependant, à l’image de la victoire de la Grande Guerre, qui fut celle d’une coalition et non la victoire d’un seul pays, ce succès est également l’œuvre d’une coalition de l’ombre commencée avant-guerre. L’ouvrage de Dermot Turing est, à ce titre, particulièrement éclairant et met à l’honneur l’association des services britanniques, français et polonais qui permit à Alan Turing de mettre au point sa fameuse « bombe », la machine électromécanique qui déchiffra le code des communications allemandes. Les résultats des travaux pour déchiffrer les messages codés allemands ont bénéficié à l’ensemble des forces alliées. Le jour-même du débarquement, Bletchley Park transmettait des renseignements stratégiques et tactiques au général Eisenhower sur les intentions et sur les positions allemandes. Fort de cet atout, le général Eisenhower a pu judicieusement conduire ses opérations, réussir le débarquement et réduire les pertes humaines alliées.

Les ressortissants britanniques des équipes ENIGMA auxquels sont décernés les insignes de Chevalier de l’Ordre National de la Légion d’Honneur incarnent chacune des facettes du travail mené à Bletchley Park de 1939 à 1945 :

- l’interception des communications allemandes,

- l’analyse et la rédaction de rapports de renseignement,

- la diffusion des informations recueillies aux autorités politiques et aux décideurs militaires alliés,

- le contre-espionnage : protéger le territoire britannique de l’intrusion d’agents du IIIe Reich.

A travers cette décoration, la France tient à honorer celles et ceux qui, par leur action au sein d’un service de renseignement, ont recueilli, analysé et transmis des informations, qui ont contribué à la libération de la France.

Vous êtes, au même titre que vos frères d’armes ici présents, l’illustration de notre reconnaissance et de notre gratitude.

Vive l’amitié franco-britannique !

Vive la France !

publié le 09/11/2018

haut de la page