Signature d’un protocole d’accord entre le Royaume-Uni et la Chine dans le domaine des technologies émergentes

Le 1er mai 2012, Sir John Parker, président de la Royal Academy of Engineering, a accueilli le professeur Zhou Ji, président de la Chinese Academy of Engineering, en présence de David Willetts, secrétaire d’Etat chargé des universités et des sciences, Futao Chen, Conseiller pour la science et la technologie de l’ambassade de la République Populaire de Chine à Londres, professeur David Delpy, directeur exécutif de l’Engineering and Physical Science Research Council (EPSRC) et professeur Richard Kitney, co-directeur du centre de biologie synthétique et d’innovation d’Imperial College London.

La Royal Academy of Engineering a publié en mai 2009 un rapport, résultat d’un travail dirigé par le professeur Richard Kitney, présentant la biologie synthétique en tant qu’innovation et technologie émergente et les bénéfices sociétaux et la potentielle création de richesses dans les domaines de la santé, de l’énergie et de l’environnement associés. La biologie synthétique est une combinaison de la biologie et de principes d’ingénierie dans le but de concevoir et construire de nouveaux systèmes et de nouvelles fonctions biologiques. Ce rapport constitue l’une des meilleures introductions à cette discipline et a eu pour impact de stimuler une collaboration entre les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la Chine. Cette collaboration s’est matérialisée par la mise au point des "Six academies meetings" : la National Academy of Sciences et la National Academy of Engineering (USA), la Royal Society et la Royal Academy of Engineering (UK), ainsi que la Chinese Academy of Sciences et la Chinese Academy of Engineering (Chine), se sont rencontrées à Londres en avril 2011, à Shanghai en octobre 2011 et se rencontreront à Washington en juin 2012 pour aborder des questions telles que : la nécessité d’une collaboration internationale dans le domaine de la biologie synthétique, la nécessité de définir des normes globales, une gouvernance adaptée, une communication avec le public, etc.

Au cours de l’événement du 1er mai, le secrétaire d’Etat a rappelé la volonté du Royaume-Uni de développer des collaborations avec la Chine dans le domaine des sciences et de l’ingénierie. En Europe, le Royaume-Uni est le premier partenaire de la Chine, et le 3ème à l’échelle mondiale. Le ministre a également rappelé l’impact de publications conjointes entre la Chine et le Royaume-Uni (12% de citations) comparativement aux publications ayant des auteurs britanniques uniquement (8%) ou chinois (7%). Si la biologie synthétique est un domaine clé et la collaboration tripartite actuelle peut permettre de définir des normes globales dans cette discipline, David Willetts a également mentionné l’ingénierie marine comme domaine potentiel de collaboration avec la Chine ; si le Royaume-Uni ne possède plus de chantier naval, il conserve néanmoins ses compétences en ingénierie marine.

David Delpy a quant à lui rappelé l’engagement de l’EPSRC a financé la recherche en biologie synthétique. L’EPSRC aligne son budget sur la feuille de route définie par le gouvernement pour le financement de la biologie synthétique, y consacrant 23 M£ sur les 45 M£ investis par l’ensemble des conseils de recherche. L’EPSRC est également sur le point d’annoncer un investissement majeur pour cinq universités.

Enfin, le professeur Richard Kitney a exposé en détail l’historique de l’émergence du domaine de la biologie synthétique et a exprimé quelques vues personnelles sur le sujet avant de présenter succinctement le centre de biologie synthétique et d’innovation d’Imperial College London, qui réunit à l’heure actuelle 60 chercheurs, dont 10 directeurs de recherche et une cinquantaine d’étudiants en thèse et de postdoctorants.

La réunion s’est terminée par la signature par les deux présidents d’un protocole d’accord entre la Royal Academy of Engineering et la Chinese Academy of Engineering, scellant ainsi la volonté des deux académies de collaborer dans le domaine des technologies émergentes.


Sources :
- The Royal Academy of Engineering, China’s and UK’s national engineering academies to collaborate on emerging technologies, 01/05/2012,


Auteur : Maggy Heintz

publié le 06/06/2012

haut de la page