Tables ouvertes de la communauté française

JPEG La communauté française en Ecosse est diverse et dispersée, avec toutefois une significative concentration dans les agglomérations d’Edimbourg, de Glasgow et d’Aberdeen. Où que nous soyons, nous avons de nombreuses bonnes raisons d’aimer l’Ecosse et le goût de nous y intégrer. Mais il y a des jours aussi où on peut être un peu nostalgique du ciel bleu de Provence, ou de tel monument ou paysage de France, ou encore regretter que les Ecossais ne soient pas très sensibles à certaines de nos spécialités gastronomiques, peu faciles à retrouver ici.

Pour évoquer notre patrimoine culturel, et plus encore pour se rendre compte de la richesse humaine de notre communauté expatriée, quoi de mieux que de partager des repas de temps en temps. Le consul général peut régulièrement mettre la table de la maison des Français libres d’Ecosse, sa résidence d’Edimbourg, à la disposition des groupes constitués ou, mieux encore, ouverts qui veulent s’y retrouver. Où que se passent ces moments de convivialité, les invitations peuvent facilement être relayées sur la page Facebook du consulat. Des déjeuners ou dîners d’étudiants ont déjà été organisés, deux soirées autour des professionnels des milieux économiques, une raclette, la galette des rois pour les voeux du nouvel an, le karaoké européen du 25 mars, des ceilidhs interceltiques... Un repas crêpes est à l’ordre du jour, comme un déjeuner ou un dîner autour du confit de canard.

Le principe d’organisation est simple : on identifie un lieu, chaque invité apporte une partie des victuailles et boissons, le rendez-vous est partagé et la porte ouverte aux amis connus et pas encore connus qui ne sont jamais loin de nous. Avec un peu de bonne volonté, on peut imaginer que le geste s’amplifie au moment de la fête nationale le 14 juillet pour qu’on puisse apporter aux quatre coins de l’Ecosse un peu d’air et de saveur de France à nos voisins ou cousins écossais. N’hésitez pas à partager les initiatives en écrivant un message électronique au consulat.

publié le 17/04/2017

haut de la page