> {UK BioBank} commence le recrutement de volontaires - avril 2006

Après des années de planification méticuleuse, les premiers volontaires ont enfin passé la porte du centre d’évaluation inaugural de UK BioBank situé dans la région Sud de Manchester au début du mois de mars 2006, marquant ainsi le lancement de ce projet de grande envergure.

L’objectif de la phase initiale de recrutement est de s’assurer que l’ensemble des procédures mises en place fonctionne correctement et sans heurts avant d’étendre le recrutement des volontaires d’ici la fin 2006. Ce seront alors 10 centres d’évaluation qui recruteront simultanément sur l’ensemble du territoire britannique. Pour s’assurer que l’ensemble de la population soit représenté, les centres resteront ouverts pendant une période donnée avant d’être transférés et ré-ouverts en un lieu différent.

Les échantillons proviendront de volontaires sélectionnés à la fois par les médecins traitants et le National Health Service (NHS) sur la base du dossier médical, et invités à participer. Il leur sera demandé de fournir des échantillons sanguin et d’urine, des données collectées de façon non-invasive telle que leur pression sanguine et de remplir un questionnaire sur leur état de santé. Ces personnes consentantes seront suivies pendant plusieurs décennies par l’intermédiaire de visites médicales régulières, au cours desquelles de nouveaux prélèvements seront collectés, et de leur dossier médical. Après consentement, les volontaires pourront se retirer du projet à tout moment s’ils le désirent.

La taille de l’échantillon de population prévu est tel (500 000 personnes) que des systèmes automatisés ont été optimisés pour permettre la séparation, le stockage, l’extraction et le suivi des échantillons sanguins qui devront être conservés et entre -80°C et -200°C pendant plusieurs décennies. Ce système devra gérer quotidiennement environ 1000 échantillons lorsque le recrutement de volontaires battra son plein.

Quelques notes sur UK BioBank

UK BioBank est un projet visionnaire scientifico-médical visant à améliorer la prévention, le diagnostic et le traitement de plusieurs maladies dont les cancers, les maladies du cœur ou encore le diabète. Il est connu depuis longtemps que le développement d’une maladie donnée chez une personne dépend de plusieurs facteurs génétique, environnemental et/ou style de vie. Les études n’ont cependant jamais permis, jusqu’à maintenant, de déterminer les interactions existantes entre ces différents facteurs.

L’objectif de UK BioBank est de collecter, stocker et conserver une large banque de données médicales et d’échantillons biologiques provenant de 500 000 volontaires âgés de 40 à 69 ans. Ces données et échantillons permettront aux scientifiques d’étudier en détail et au cours des décennies à venir, les interactions existant entre les gènes, les styles de vie variés et l’environnement et de comprendre le rôle respectif de ces facteurs sur les risques de développer certaines maladies. Le professeur Rory Collins, principal investigateur de UK BioBank et professeur à l’Université d’Oxford, souligne qu’une étude d’une telle envergure est une première mondiale et indique que UK BioBank permettra de mieux comprendre pourquoi une maladie se développe chez certaines personnes et pas chez d’autres, et la façon dont les différents facteurs interagissent pour donner un terrain favorable à ce développement. Selon lui, les volontaires seront conscients du fait que leur participation à ce grand projet risque de ne pas les servir directement mais que les études menées grâce à eux permettront aux générations suivantes de profiter des résultats.

UK BioBank, association caritative, sera le gardien unique de cette banque de données précieuses et de la collection d’échantillons biologiques. UK BioBank est financée par le Medical Research Council (MRC), le Wellcome Trust (WT), le Department of Health (DoH, ministère de la santé), le Scottish Executive (gouvernement écossais) et la Northwest Regional Develoment Agency (NWDA) à hauteur de 61 millions de livres (environ 85 millions d’euros). Le protocole d’étude a été mis en place par une collaboration regroupant plus de 20 universités.

Sources : UKBioBank, press release, 15/03/06, www.ukbiobank.ac.uk


Auteur : Dr Claire Mouchot

publié le 15/06/2006

haut de la page