Un nouveau test de diagnostic de la maladie d’Alzheimer ?

C’est au cours du festival de sciences organisé à Dublin par la « British Association for the Advancement of Science » (Association britannique pour l’avancement de la science, « The BA ») qu’Andy Ellis, Université de York, a annoncé la mise au point d’un nouveau test simple et fiable de diagnostic précoce de la maladie d’Alzheimer, grâce à l’identification d’une nette tendance de perte de vocabulaire chez ces patients.

Menée en collaboration avec des chercheurs des universités de Hull et Aberdeen, l’étude a consisté à demander à deux groupes de sujets (96 patients et 40 volontaires d’âge similaire comme groupe contrôles) de nommer dans un temps imparti (une minute) le maximum de noms d’animaux connus. Au cours de la minute suivante, il leur était demandé de donner une liste de fruits la plus extensive possible. Les résultats était d’une telle consistance que les chercheurs étaient capables d’identifier correctement les sujets de chaque groupe : les contrôles répertoriaient une moyenne de 20 à 25 mots alors que les patients atteints de la maladie d’Alzheimer n’en répertoriaient qu’entre 10 et 15, indiquant une nette constriction de leur vocabulaire actif. Les chercheurs ont ainsi découvert que ces patients avaient oubliés les mots les moins courants ou appris plus tardivement au cours de l’enfance (zèbre ou girafe vs. chien ou chat).

Au niveau neurologique, ce test de vocabulaire active une partie du cerveau différente de celle utilisée lors de tests de mémoire, et pourrait ainsi diagnostiquer la maladie à un stade encore plus précoce, permettant ainsi aux traitements actuels d’avoir un effet accru. De plus, la simplicité d’un tel test permettrait au médecin généraliste d’être alerté tôt d’un risque potentiel de développement de la maladie.

Source : BBC News, 06/09/05, http://news.bbc.co.uk

publié le 18/11/2008

haut de la page